Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - Centrafrique M.E.R.C.I

worldcommunicate

Centrafrique : les donateurs se réunissent le 17 novembre à Bruxelles

14 Novembre 2016 , Rédigé par dabealvi Publié dans #dabealvi, #POLITIQUE, #worldcommunicate

palais-de-la-renaissance-de-centrafrique

La table-ronde des donateurs en faveur de la Centrafrique se tiendra la semaine prochaine à Bruxelles. La Commission européenne a en effet indiqué que la conférence internationale sur la République centrafricaine, organisée conjointement par l'Union européenne et le gouvernement centrafricain, se tiendra dans la capitale européenne le 17 novembre prochain.

C'est la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, Federica Mogherini, et le président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadéra, qui présideront conjointement cette conférence, laquelle réunira des ministres et des représentants de haut niveau d'organisations internationales.

Défis encore considérable et urgents

La République centrafricaine sort en effet, et difficilement, de l'un des pires conflits de son histoire, et d'après l'UE, le pays a accompli des progrès remarquables ces trois dernières années. Après une transition politique difficile, de nouvelles élections se sont déroulées de manière pacifique et l'ordre constitutionnel a été rétabli. Toutefois, tempère le communiqué de l'UE, « les défis demeurent considérables et urgents ».  Le gouvernement centrafricain, avec  l'appui de la Banque mondiale, des Nations unies et de l'UE a élaboré un plan de relance et de consolidation de la paix, qui couvre les cinq prochaines années.

Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - CentrAfrique

Trump Président : « l'Afrique souhaite plus d'investissements américains »

Selon l'UE, « la conférence vise à recueillir l'appui politique de la communauté internationale et à prendre des engagements concrets pour soutenir le programme ambitieux élaboré par les autorités centrafricaines en vue d'instaurer la paix et la sécurité et de favoriser la réconciliation dans le pays, ainsi que d'encourager le développement et la relance de l'économie ».

Centrafrique : Taoudéra tente la carte tchadienne La Centrafrique en quête de partenaires pour se reconstruire Centrafrique: clap de fin pour Sangaris Le FMI tâte la solidité de la Centrafrique en vue d'un programme d'appui Centrafrique : la Minusca en proie aux critiques sur fond de violences Centrafrique : 25 morts dans des violences inter-religieuses

Lire la suite

RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT

1 Octobre 2016 , Rédigé par dabealvi Publié dans #dabealvi, #POLITIQUE, #snmbowebo, #worldcommunicate

andrefat
Consultation de <<L'image du jour>>
Je souhaite attirer l'attention de mes compatriotes sur la réponse faite par Mr le Président de la république Faustin Archange Touadera
à Mr André Régnier (Opérateur du tourisme et de l'énergie solaire) à -20mn de la fin des échanges!

[facebook url="https://www.facebook.com/100010778326557/videos/309529659416309/" /]

L’actualité des énergies renouvelables en Afrique
Notre rubrique spéciale CENTRAFRIQUE COP22
<<IL A DIT >> Kpla Kongo
J'étais à cette rencontre où j'ai croisé du beau monde. Le sémillant Sébiro virevoltant parmi les participants. Il y avait notre ami le grand Paul Cyriaque Sémaporo, avec un joli petit bout de fille dans les bras qui vous transmettait en direct des extraits de la rencontre, Axime Césaire Oronindji qui a fait une bonne intervention, LFK assis quelques rangées devant moi, qui a proposé sa liste de premiers ministrables – que je prenais pour une plaisanterie -- au chef de l'état qui l'a joyeusement renvoyé dans les cordes. Il y avait André Régnier piaffant d'impatience parce ce qu'on tardait à lui passer le micro. Il a fini par poser la question importante des énergies renouvelables qui lui tient à cœur.…..et quelques autres. La soirée a commencé par l'hymne national chantée sur un genre lyrique, puis le speech d'une compatriote censée s'exprimer au nom de la diaspora. Mais en fait elle représentait le comité de soutien à Touadéra. Elle a, comme on devait s'y attendre, passé la pommade et la brosse à reluire au Président, décochant au passage des coups de pied de l'âne bien sentis à l'outrecuidant Dologuélé sans le nommer. Ce dernier en prendra pour son grade lors de cette rencontre. Il fallait l’accuser de vouloir torpiller les espoirs que tout ce beau monde nourrissait sur Bruxelles. Les troupes Touadériennes manifestement en nombre dans la salle l'on repris de volée ce soir-là, applaudissant à tout rompre comme des chauffeurs de salle au moindre bon mot du Président…. Ambiance ! Il s'agit d'une rencontre à l'image de notre pays où l'on retrouve les mêmes limites, faiblesses et insuffisances de part et d’autre, tant sur la forme que sur le fond. Cette rencontre a été décevante parce que, outre le temps imparti, la plupart des intervenants exposaient leur cas et préoccupations personnels, après avoir décliné titres, qualifications, spécialités...(au cas où,..On ne sait jamais), rappelant au président leurs amitiés et accointances d’antan. Je ne reviens pas sur le détail des questions déjà résumé par Axime Césaire et bien d'autres. Le Président, hésitant au départ s'est révélé pugnace et combatif dans ses réponses. On ne peut douter de sa sincérité quand il parle de sa détermination, de sa volonté à ramener la paix, de la difficulté de sa tâche que personne ne conteste. Et pour cela, il attend de tous un soutien, une collaboration et des critiques constructives. Le problème est que le Président est profondément convaincu de la justesse de ses choix, de ses décisions et de la qualité de ses collaborateurs, même les plus folkloriques. De sorte que le soutien et les critiques qu'il attend de nous ne peuvent s'analyser que par une adhésion sans réserve à ces choix là. Toute proposition contraire est à considérer comme une volonté de contrarier son action. Sa réaction contre la sortie de Dologuélé et des blogueurs du net en est la preuve. D'après lui, il n'y aurait que le désarmement volontaire, suivi de la réconciliation et du pardon qui doivent être retenus. Tout le monde le souhaite. Mais rien n'est vraiment assuré dans ce schéma face aux réalités du terrain qui s'imposent à nous chaque jour. Si le désarment ne réussi pas, on va faire comment. Se poser cette simple question n'est que du bon sens. Le Président n'y apporte aucune réponse, reprochant maladroitement à Dologuélé sa gestion passée, oubliant qu'il a lui même géré ce passé avec les mêmes résultats que ce dernier. Il faut savoir que nous nous engageons dans ce processus, le DDRR qui n'a jamais marché sans aucune solution de rechange en cas d'échec. Que nous croyons que les bailleurs vont continuer à nous soutenir. Il y a des inquiétudes légitimes dans beaucoup de critiques qui lui sont adressées et que son équipe de communication – médiocre et incompétente il faut le savoir – et lui même refusent de prendre en considération. Il faut se mettre d'accord sur la notion de critique constructive
andrefat
RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT
RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT
Lire la suite

Turquie : Discours de Faustin Touadera à l’ouverture du “World Humanitarian Summit 2016”

24 Mai 2016 , Rédigé par dabealvi Publié dans #dabealvi, #POLITIQUE, #snmbowebo, #worldcommunicate

atouaderaworld-summit1

  Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ;

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

Distingués Membres des délégations ;

Mesdames et Messieurs,

La République Centrafricaine mon pays a connu depuis trois(3) décennies une série des crises militaro politiques dont la plus profonde et la plus dévastatrice a été celle qui a démarré en 2013. Cette dernière a mis à mal les fondements même du pays et a entraîné une crise humanitaire sans précédent. Plus de 900.000 personnes ont été poussées hors de chez elles pour se mettre à l’abri soit à l’intérieur du pays ou dans les pays limitrophes.

Selon la Croix Rouge Centrafricaine, environ 1746 de personnes ont perdu la vie et 2600 personnes ont été blessées par armes blanches ou armes à feu. Aussi, des biens, meubles et immeubles appartenant à l’Etat ou à des particuliers ont été pillés ou détruits. Des infrastructures sociales de base comme les formations sanitaires, les écoles ou autres structures socioéconomiques ont été mis à sac et aujourd’hui encore plus de 2, 3 millions de personnes sont dans le besoin d’assistance humanitaire.

Avec l’appui de la Communauté internationale et dans la mesure du possible, le Gouvernement a essayé d’apporté les réponses à cette crise humanitaire qui malheureusement persiste par endroit dans le pays. La mobilisation des ressources a été le point faible de la réponse à la crise humanitaire centrafricaine car sur toutes les prévisions aussi bien pour l’année 2014 que 2015, les ressources mobilisés n’ont jamais dépassées le taux de 70%. Avec le passage du Saint Père dans mon pays la situation humanitaire s’est nettement apaisée caractérisé par un désarmement du cœur avec un retour de l’esprit de cohésion sociale et du vivre ensemble.

Cependant, il est important d’indiquer qu’il existe encore des poches d’insécurité et d’obstacles à la cohésion sociale et le vivre ensemble dans quelques régions de la Centrafrique. C’est ici l’occasion de remercier toute la communauté internationale pour sa mobilisation qui a permis d’éviter l’implosion de mon pays et d’enclencher le processus de dialogue participatif et inclusif qui a aboutit au retour à la légalité constitutionnelle.

Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ;

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

Distingués Membres des délégations ;

Mesdames et Messieurs, Tenant compte des efforts consentis par le Gouvernement pour trouver une solution durable à cette crise et particulièrement le retour consenti et la réintégration de nos compatriotes, je voudrais lancer du Haut de cette tribune un appel pressant à la communauté internationale pour renforcer l’appui à mon pays afin de lui permettre de développer et mettre en œuvre une stratégie appropriée de retour des déplacés comprenant un Projet de reconstruction de logement pour les déplacés, un projet de réinsertion socio-économique pour les personnes de retour et un Projet de domestication des instruments juridiques régionaux et internationaux ratifiés par mon pays parmi lesquels la Convention de l’Union Africaine sur la Protection et l’assistance à apporter aux Personnes Déplacées Internes dite Convention de Kampala.

Il s’agit de créer les conditions les meilleures pour un retour volontaire et digne des compatriotes déplacés. Il est vrai que la sortie de crise se fera avec les centrafricains eux-mêmes mais nous pensons que la communauté internationale doit continuer à nous appuyer pour que aussi bien les aspects de relèvement précoce pour les zones où les activités ont repris normalement et que les aspects urgence qui devront se poursuivre dans les zones où les conditions optimales de reprise ne sont pas encore réunies.

Devant la situation de fragilité où se trouve encore la République Centrafricaine, l’appui de la communauté internationale demeure indispensable particulièrement sur la question humanitaire. C’est pourquoi je voudrais réitérer l’importance du maintien et du renforcement de la Centrafrique dans l’agenda humanitaire international, notamment sur les problèmes du retour et de la réinsertion des Personnes des déplacées internes ainsi que des réfugiés. Je voudrais solliciter le Secrétaire Général des Nations Unies pour un plaidoyer profond auprès de la communauté internationale pour une reprise de mon pays dans les différents agendas internationaux. Il sera important que la coordination de l’action humanitaire soit renforcée dans mon pays où il se pose un problème en terme d’interface du Gouvernement en la matière, ce qui fragilise les actions concertées qui sont développées entre la réponse d’urgence et celle en termes de relèvement pour un développement durable. Je ne saurai conclure mes propos sans remercier la République de la Turquie qui nous a réservé un accueil chaleur.

Je vous remercie

Turquie : Discours de Faustin Touadera à l’ouverture du “World Humanitarian Summit 2016”
Lire la suite

NOTRE CENTRE D'INTERET NATIONAL POUR LA PAIX DOIT ETRE LA LUMIERE

2 Mars 2016 , Rédigé par dabealvi Publié dans #centrafrique, #communicate, #dabealvi, #snmbowebo, #world, #worldcommunicate, #worldgn.com

AIWORLDDABEALVI
IL EST URGENT DE SE DISCIPLINER ... ET TRÈS RAPIDEMENT PASSER A L'ESSENTIEL ...

PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE - LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS OUI, je l’affirme avec force, l’avenir est dans les applications mobiles…

 CENTRAFRICAINS YOU NEED TO JOIN WORLD GLOBAL NETWORK
STORE
NOTRE CENTRE D'INTERET NATIONAL POUR LA PAIX DOIT ETRE LA LUMIERE
Lire la suite