Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - CentrAfrique

Articles avec #politique tag

CENTRAFRIQUE LE DOUTE ET LE DESESPOIR IMPOSENT-ILS LA DÉMISSION DU PREMIER MINISTRE?

12 Juin 2017 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #Opinions, #dabealvi, #Actualité, #politique, #ENERGIE SOLAIRE

J'ai lu dans les posts de la  diaspora, le déséquilibre qui affecte le gouvernement du Premier Ministre...

Qu'il propose sa démission tout simplement, le peuple a besoin d'un leader dynamique 

« Le fait d’être un acteur qui n’a pas d’intérêts politiques ou économiques, mais seulement humanitaires, 
me donne une plus grande force pour avoir un impact plus opérationnel » ~ râ
CENTRAFRIQUE ***  PEOPLE'S TASK FORCES *** DES ENERGIES RENOUVELABLES
VOUS NE MANIFESTEZ PAS VOS RÉELS BESOINS CHERS COMPATRIOTES. 
NOTRE CENTRE D’INTÉRÊT NATIONAL POUR LA PAIX -C.I.N.P.P

*****  MR DOLOGUELE   -BATIR ENSEMBLE UNE NOUVELLE CENTRAFRIQUE 

https://fr.slideshare.net/dabealvi/projet-politique-de-urca-et-dologuele-2016

 

***** MRH -ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT

https://fr.slideshare.net/MarieReineHASSEN/biographie-de-mariereine-hassen-candidate-aux-lections-prsidentielles-2016

 

 

 

 

 

 

 

 

My store : https://my.worldgn.com/store/iworlddabealvi

Join menow : https://my.worldgn.com/join/iworlddabealvi

Lire la suite

HISTOIRE CENTRAFRICAINE

20 Mai 2017 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #ENERGIE SOLAIRE, #POLITIQUE, #centrafrique

Combien de centrafricains sont millionnaires ? 
Ils devraient s'essayer au financement participatif de notre industrie d'énergie renouvelable à défaut de donateurs. 
Autrement une manifestation s'imposera car les grandes familles centrafricaines lanceront la *diplomatie populaire *
SORTEZ DE VOTRE ZONE DE CONFORT

CENTRAFRIQUE: Instaurer la confiance entre tous les acteurs du processus de paix
https://www.facebook.com/groups/LNCANALYSERCA/ .


En avant c'est devant !
M.E.R.C.I Mouvement pour l'Evolution et le rassemblement des Centrafricains Indépendants.
http://www.scoop.it/t/m-e-r-c-i-centrafricain

Ce Média offrira à ses lecteurs des infos exclusives et confidentielles venant du pays.

CHARTE CONSTITUTIVE DE LA PLATE FORME POLITIQUE « INITIATIVE PANAFRICAINE POUR LA DÉFENSE DE LA DÉMOCRATIE » en sigle I.P.D.D.
AFFAIRE A SUIVRE...

En un mot, notre projet peut être largement qualifié : « d'utilités publiques », pour plusieurs
raisons dont entre autres au seul regard de création de milliers d'emploi. Souhaitant vivement pouvoir attirer favorablement l'attention de toutes les collectivités centrafricaines et particulièrement la votre en tant qu'Interface, nous nous mettons à votre disposition pour vous donner de plus amples renseignements sur ce programme .ambitieux mais fondamentalement réalisable.

PS. Nous vous invitons avec déférence à rendre visite à notre blog dont le lien est le
suivant : https://dabealvi.wordpress.com/2016/10/04/centrafrique-limperatif-est-la-production-de-notre-energie-solaire-pour-notre-developpement/


Cordialement

André Régnier.

Lire la suite

La RCA n'est pas pauvre parce qu'elle est enclavée

25 Décembre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #centrafrique, #dabealvi, #politique, #Actualité, #ENERGIE SOLAIRE, #2017

 

Est-il juste de dire qu'un pays enclavé comme la République Centrafricaine (RCA) est pauvre parce qu'il est enclavé ? Les partisans de l'approche géographique du développement économique continuent d'affirmer, de prétendre, de soutenir, d'affirmer, de réclamer et voir professer que la RCA est pauvre parce qu'elle est enclavée.

Cette conception ne semble pas du tout vraie. Elle est discutable. Avec quelques réflexions et exemples qui suivent, elle doit être exclue pour de bon.

 La RCA est une nation enclavée et bordée par le Cameroun, le Tchad, le Soudan, la République démocratique du Congo et la République du Congo. Géographiquement, elle n'a pas d'ouverture directe à la mer. Les adeptes de l'approche géographique du développement économique persistent et signent que la RCA située au coeur du continent Africain, est pauvre parce qu'elle est confrontée à de graves problèmes dérivés, directement ou indirectement, de la géographie physique. Sans s'en rendre compte, ils continuent de poursuivre ce que disaient Sachs (GP73) et al (2001) : <>. Selon Sachs, les pays enclavés comme la RCA sont, le plus souvent, pauvres en raison des inconvénients liés aux coûts élevés de transport et de communication. Mais, est-il exact de dire qu'un pays enclavé comme la RCA est pauvre parce qu'il est enclavé ? Il existe sur la planète Terre, des pays riches enclavés sans littoral et situés en Europe tels que la Suisse, l'Autriche et le Luxembourg, etc.

La RCA n'est pas pauvre parce qu'elle est enclavée. Elle est pauvre du point de vue économique, parce qu'elle n'est pas dans un premier temps, un marché capitaliste, hautement, concurrentiel et que ses coûts de transport pour faciliter les activités économiques sont élevés. Cette conception vérifiée fait référence à Dunn (2007), qui met l'accent sur le marché capitaliste concurrentiel. En outre, ce pays situé au cœur du continent africain exporte, le plus souvent, des produits primaires comme le bois qui nécessitent de grandes capacités de transport pour être déplacés du pays. Il est à noter que les coûts de transport pour exporter ses produits sont élevés par rapport à la valeur même du produit d'exportation.  Par conséquent, les coûts de transport élevés ne découlent pas tellement de son emplacement physique, mais, des difficultés causées par le type de marchandises produites et exportées. La mauvaise qualité de l'infrastructure de transport et l'absence de moyens de transport avancés contribuent à l'augmentation de la dépense à engager pour le transport des marchandises. L'accès du pays aux voies navigables dépend de l'approbation des autres Etats-nations, par exemple, en franchissant la frontière camerounaise. Puis, les coûts administratifs spéciaux, tels que la réglementation douanière, font augmenter, indépendamment, les coûts de transport de la proximité des rivières navigables ou de la côte. Il y a des pénuries fréquentes d'essence, de carburant diesel et de carburant pour avions parce que les carburants doivent être acheminés par camion à partir du Cameroun ou via la rivière Oubangui avec tous les ennuis qu'il faut subir. Des mesures rigoureuses et appropriées doivent être prises, appliquées et suivies pour arrêter ces ennuis.

L' investissement dans l'infrastructure pour booster l'économie et améliorer la qualité de vie en RCA est nécessaire. Cela est simple comme A, B et C.

A- L'investissement dans l'infrastructure permet de créer l'emploi. 

B- L'investissement dans l'infrastructure génère une demande effective ( une demande qui paie) car avec leurs salaires, les employés effectuent des dépenses, ou encore en termes simples, achètent des biens et services pour leur consommation. 

C- L'investissement dans l'infrastructure permet à l'économie de bien fonctionner car les fonds placés rentrent, de nouveau, dans le circuit économique. 

Même si l'état actuel de la RCA n'est pas bon, ses perspectives à long terme sont plus brillantes. Si ses dirigeants sont disposés à réformer ce qui ne marche pas, la RCA devrait pouvoir rattraper les pays riches. De part les réalités qu'on vit, force est de constater que ce pays bénéficie d'un riche stock de ressources naturelles au-delà du diamant et de l'or, y compris les terres arables. Pour encourager une croissance durable, la RCA doit renforcer l'état de droit, lutter contre la corruption et s'intégrer dans l'économie mondiale. D'autres pays ont adopté de telles réformes. Il n'y a aucune raison pour que la RCA ne les rejoigne pas.
De nos jours, nous avons la technologie pour surmonter la pauvreté. Si la RCA n'a pas la technologie nécessaire pour modifier les effets négatifs de la géographie, la communauté internationale peut l'aider à surmonter la géographie physique. Je peux citer l'exemple d'Israël que la communauté internationale est venue aider à surmonter la géographie physique. Même si la RCA n'est pas Israël, Il y a, toujours, un trade-off, qui pourrait s'opérer lors de l'appui de la communauté internationale. 

Sedar Fred Pougaza
Economiste, enseignant et chercheur aux Etats-Unis

 

*** LES IDÉES DE LA FEDERALITUDE FONT LEUR CHEMIN... 
Des intellectuels font des articles en s'inspirant de nos idées
http://dabealvi.over-blog.com/2016/01/centrafrique-la-federalitude-peut-etre-une-option-interessante.html


 

 

Lire la suite

Что такое демократия? президенты африканских стран

18 Décembre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #ENERGIE SOLAIRE, #POLITIQUE, #centrafrique, #russie, #Actualité

 

Что такое демократия? президенты африканских стран

 

Qu'est ce que la Démocratie? 


Présidents Africains
https://www.youtube.com/watch?v=0K6hXkuRCwA&t=86s
Le Centrafrique représente le CARREFOUR AFRICAIN, n'est il pas impérieux d'agencer ce CROSS ROAD CONTINENTAL ?
300 millions d’euros pour construire une usine de panneaux solaires en Centrafrique…
https://dabealvi.wordpress.com/2016/10/13/centrafrique-les-energies-dorigine-renouvelable-sont-des-sources-denergies-dont-le-renouvellement-naturel-est-suffisamment-rapide-pour-quelles-puissent-etre-considerees-comme-inepuisable/

Центрально-Африканская Республика является АФРИКАНСКИЕ ПЕРЕКРЕСТОК, это не обязательно, чтобы организовать этот перекресток CONTINENTAL?
300 миллионов евро, чтобы построить завод панели солнечных в центральной ...
https://dabealvi.wordpress.com/

 

 

Lire la suite

CENTRAFRIQUE: si la Cop22 a accouché d'une souris, elle a surtout servi à embrouiller nos esprits en matière d'écologie.

21 Novembre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #ENERGIE SOLAIRE, #POLITIQUE, #dabealvi, #centrafrique, #bangui, #Actualité

 Il y a eu la proclamation de Marrakech, lue le 17 novembre au soir par l’ambassadeur pour la négociation multilatérale de la COP22, Aziz Mekouar, appelant la communauté internationale à un « engagement politique maximal » contre le réchauffement climatique, une « priorité urgente ». Il y a eu les déclarations de Ségolène Royal : « Cette COP a été beaucoup plus qu’une COP de l’action. C’est la COP de la confiance, de la détermination et de l’irréversibilité. » Il y a eu la réaffirmation de la promesse faite en 2009 à Copenhague de trouver 100 milliards de dollars par an pour les pays en développement. Il y a eu François Hollande qui a souhaité un engagement fort en faveur de l’Afrique. Et, au final, il n’y a pas eu grand-chose sinon une conférence internationale qui n’a fait que reprendre les grandes résolutions des sommets précédents.

L’une des avancées les plus notables et les plus relayées par les médias de la COP22 concerne la mise en application plus tôt que prévu des engagements pris par les Etats lors de la COP21 de Paris. Les règles qui permettront la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat devront être prêtes en 2018, non en 2020. Autre bonne nouvelle : la dynamique est toujours à l’œuvre pour enrayer le réchauffement climatique, aucun Etat n’a cherché à bloquer le processus. Le négociateur en chef de Washington pour le climat, Jonathan Pershing, fait remarquer « le développement des émissions obligataires vertes », et note que « la finance commence à basculer vers les investissements durables », y voyant une « business opportunity ». Le chercheur à l’Iddri Thomas Spencer insiste même: « obtenir cette date de 2018 était un des enjeux majeurs de la COP22. […] Boucler le paquet technique à cette date permettra d’ouvrir une nouvelle phase de discussions plus politiques jusqu’en 2020. »

L’homme « hyperconnecté » en Afrique pour parler écologie.

Les énarques, les experts, les technocrates et les professionnels de la communication se réjouiront probablement de ces propos lénifiants qui donneront lieu à quelques débats d’initiés. Aux journalistes de trouver les mots adéquats pour vulgariser ce jargon. Le véritable enjeu de la COP22 aurait dû être de parvenir à faire saisir au commun des mortels ce qu’il se passe vraiment, ce à quoi il doit s’attendre et ce qu’il peut en espérer. Mais, même spécialiste, il est à craindre que tout journaliste qui s’attache à expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit à ce propos, perde son quidam en moins de deux minutes.

De loin, la COP22 ressemble à un immense brouhaha d’où émergent de belles déclarations. De près, c’est sans doute plus spectaculaire, mais au-delà ? Certes, les grosses firmes et les Etats sont responsables, au premier chef, de la pollution, laquelle accélère le réchauffement climatique. C’est donc à eux que revient le devoir de faire des efforts. Mais alors pourquoi tel vacarme ? Pourquoi tel spectacle ? Il est regrettable que l’homme de la rue soit mis de côté par ces discours presqu’incompréhensibles, qu’il se sente impuissant à agir ; il est regrettable que la responsabilité individuelle n’ait pas été évoquée, voire convoquée. Cela nous concerne tous ! Dès les années 1930, Jacques Ellul et Bernard Charbonneau écrivaient: « Actuellement, toute révolution doit être immédiate, c’est-à-dire qu’elle doit commencer à l’intérieur de chaque individu par une transformation de la façon de juger (ou pour beaucoup par une éducation de leur jugement) et par une transformation de leur façon d’agir. »

« Bêtes sauvages et oiseaux, reptiles et animaux marins de tout genre sont domptés et ont été domptés par l’homme. La langue, au contraire, personne ne peut la dompter, c’est un fléau sans repos. Elle est pleine d’un venin mortel », disait Saint Jacques (Jacques 3:7). Ces sommets internationaux sont contaminés par la langue de la communication qui est langue de bois. Et c’est comme si nous avions tous oublié que le bruit est un des premiers facteurs de pollution. Que le bruit continu de tous nos appareils connectés qui transmettent des messages sans interruption est nuisible. Que chacun doit commencer par dompter ses instincts et ses appétits. Qu’il y a quelque chose de cocasse à promener l’homme « hyperconnecté » sur le continent africain pour lui parler d’écologie. Qu’il y a quelque chose de dérisoire à parler constamment de l’avenir de la terre et des océans mais à ne jamais regarder la nature que derrière un écran. Nous avons perdu le sens du silence comme celui de la nature. Si nous ne commençons par les retrouver, nos appels à la vertu n’y feront rien. Le respect de la terre commence par le silence. Pouvons-nous encore espérer entendre un Barrès nous dire « Un beau silence se réinstalle sur la colline. » ?

« Il faut bien comprendre que l’#énergie est le premier des #droits, car c’est l’accès aux autres droits élémentaires » PRIORITÉ ABSOLUE
https://www.facebook.com/EnergiespourlAfrique/videos/551622335032708/

JOIN NOW : 

votre photo de profil

http://iworlddabealvi.worldgn.com

Lire la suite

CENTRAFRIQUE: Groupe des amis d'Alain Juppé

24 Juillet 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #collaboration, #centrafrique, #France, #politique, #economique, #sociale, #dabealvi

CENTRAFRIQUE: Groupe des amis d'Alain Juppé

Non, on ne s’habituera pas.

Ni moi, ni vous, André Regnier n'est-ce pas ?

On ne s’habituera pas à voir nos familles, nos amis, nos enfants, nos forces de l’ordre tués en pleine rue, dans nos bars, nos salles de concert et nos rédactions.

Les assassins de Nice, de Paris, de Saint-Denis, de Toulouse ne sont pas simplement des “fous furieux” ou des “déséquilibrés”. Ce sont des terroristes barbares qui se réclament soldats d’un Islam radical qu’il faut oser nommer et combattre de toutes nos forces. J’ai moi-même formulé un certain nombre de propositions dans mon livre Pour un État fort.

Face au terrorisme islamiste, le fatalisme n’est pas une politique.

On doit faire plus et mieux. Il y a aujourd’hui, sur les bureaux de nos ministres, un rapport parlementaire avec 40 propositions pour améliorer les moyens de l'Etat face au terrorisme.

Alors, mettons-nous au travail ! Cliquez ici et transférez ce message si vous êtes d'accord : http://www.alainjuppe2017.fr/stop-terrorisme

Le gouvernement doit mettre en place certaines de ces mesures immédiatement :

  • Renforcer le renseignement territorial
  • Créer une police pénitentiaire
  • Intégrer la gendarmerie dans la communauté du renseignement
  • Renforcer les instances de coordination anti-terrorisme

C’est pour cela que je me suis lancé dans l’élection présidentielle, pour un mandat seulement. Parce que, comme vous, je n’en peux plus de l’inaction, des ratés, des “habituez-vous”. Je veux agir, pour vous et avec vous.

La France est en guerre. Tirons-en les conséquences.

Êtes-vous prêts à agir avec moi ? Dites-le moi et diffusez cet e-mail à vos proches : http://www.alainjuppe2017.fr/stop-terrorisme

J’espère que comme moi, vous ressentez, au-delà de notre infinie tristesse, une totale détermination à agir.

Soyons forts.

Alain Juppé

REPONSE

LA PAIX AVEC L ‘ ELECTRICITÉ POUR TOUS

OUI, je l’affirme avec force,

LE PANNEAU SOLAIRE POUR UNE SOLUTION FINALE A LA CRISE CENTRAFRICAINE ET FRANCAISE
Publié le 24 mai 2016 par dabealvi
https://iworlddabealvi.wordpress.com/2016/05/24/la-paix-avec-l-electricite-pour-tous-oui-je-laffirme-avec-force-le-panneau-solaire/

Lire la suite

Le jour est-il venu de vous quitter ? Dabealvi.Le Sentinel en mode veille - CentrAfrique

19 Juillet 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #Centrafrique, #bangui, #dabealvi, #iworlddabealvi, #politique, #paix, #panneaux solaires

Le jour est-il venu de vous quitter ? Dabealvi.Le Sentinel en mode veille - CentrAfrique

Il m’est souvent arrivé d’écrire que j’allais tout faire comme si j’étais parti pour rester, faut-il que je continue encore ou dois-je attendre la manifestation et l'entière adhésion des centrafricains pour décider sereinement de la suite de cette excellente aventure humaine.





Le jour est-il venu de vous quitter ?
Dabealvi.Le Sentinel en mode veille - CentrAfrique

PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE



En attendant et pour ne pas être catalogué parmi les voraces quémandeurs de nouveaux prospects, je vous redonne les liens gratuits d’inscription à mes blogs.


- LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS

OUI, je l’affirme avec force, l’avenir est dans les applications mobiles… https://my.worldgn.com/store/iworlddabealvi

Une société de marketing participatif, iwor(l)dDabealvi fait parler d'elle, car son potentiel est énorme, son plan de rémunération efficace et surtout son modèle d'affaires est très simple :

il suffit de cliquer sur cette page d'inscription gratuite ! http://iworlddabealvi.worlderstore.com/joincomplete.php



Pour ceux et celles qui auraient cette envie, il n’est pas interdit de rêver, vous trouverez mon adresse email à la fin de ce message.



Très amicalement, comme toujours.
dabealvi@gmail.com

PRENEZ SOIN DE VOUS ... et SURVEILLEZ VOTRE HORLOGE BIOLOGIQUE


Helo Partner PackThe Helo pack for you, with a full suite of tools to empower your business.
Buy It
$ 349.00
https://my.worldgn.com/store/iworlddabealvi
MEET HELO.
Your Personal LifeStyle Oracle.
Monitor vital signs in real-time, 24/7,
http://www.worldgn.com/?c=iworlddabealvi&ignoreInfo=
Une société de marketing participatif, iwor(l)dDabealvi fait parler d'elle, car son potentiel est énorme, son plan de rémunération efficace et surtout son modèle d'affaires est très simple :
il suffit de cliquer sur cette page d'inscription gratuite !
http://iworlddabealvi.worlderstore.com/joincomplete.php


Project kwa namabôkô-businessEclair

http://www.lanouvellecentrafrique.org/user/dabealvi/

Lire la suite

republique-centrafricaine-chronologie-dates-carte-geographie-demographie-economie-chiffres

17 Juillet 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #geolocalisation, #politique, #paix, #Centrafrique, #dabealvi, #andre regnier, #bangui

republique-centrafricaine-chronologie-dates-carte-geographie-demographie-economie-chiffres

Situation géographique
La République centrafricaine est constituée d’un vaste plateau à l’altitude variant entre 500 et 900 m, drainée par deux grands fleuves l’Oubangui et le Chari. D’une superficie de 622 984 km², située au cœur de l’Afrique centrale, elle est enclavée entre le Tchad au nord, le Soudan à l’est, la République démocratique du Congo et le Congo au sud et le Cameroun à l’ouest.

Capitale : Bangui (600 000 habitants)

Régime politique : République

Démographie
Population totale : 4,5 millions d'habitants
Densité : 7,26 hab./km²
Indice de fécondité : 4,5
Croissance démographique : 2 %
Espérance de vie : Femmes : 51,4 ans - Hommes : 47,7 ans

Société
Ethnies : Gbaya, Banda, Sango, Yakoma...
Langues officielles : français et sango
Religions : animistes (60 %), chrétiens (25 %), musulmans (15%)
Alphabétisation : 56 %
Développement humain : 185e / 187 pays (PNUD 2014)

Economie
Monnaie : franc CFA
Croissance : 1 % (est. 2014)
Inflation : 5,87 %
PIB par habitant : 473 $
Dette publique : 30,48 % du PIB

Chronologie
13 août 1960 : indépendance de la République centrafricaine, ancienne colonie française. David Dacko devient président.
1966 : Jean-Bedel Bokassa s’empare du pouvoir par un coup d’Etat.
1977 : Bokassa se fait couronner Empereur sous le nom de Bokassa 1er.
1979 : Bokassa est renversé et David Dacko reprend le pouvoir.
1981 : le général André Kolingba devient chef de l'Etat.
1986 : Kolingba est confirmé pour six ans à la tête du pays par un référendum.
1993 : Ange-Félix Patassé est élu président, il sera réélu en 1999.
2003 : coup d’Etat dirigé par le général François Bozizé.
2005 : élection de François Bozizé à la présidence de la République avec 64,60 % des voix.
2008 : signature d’un accord de paix global entre le gouvernement et les mouvements rebelles. Début en décembre du "Dialogue politique inclusif", destiné à trouver une issue aux nombreuses crises du pays.
2011: réélection du président François Bozizé le 23 janvier.
2012 : une coalition de plusieurs factions rebelles, le Séléka, prend les armes en décembre pour réclamer "le respect" des accords de paix conclus entre 2007 et 2011.

2013
24 mars : les rebelles de la coalition Séléka prennent Bangui, au terme d'une offensive éclair lancée pour renverser le président François Bozizé, qui fuit la capitale. Le nouvel homme fort, Michel Djotodia, annonce qu'il va diriger le pays en gouvernant pendant "une période de transition consensuelle de trois ans".
Avril : Michel Djotodia est élu par acclamation président de la République.
1er août : la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac) est transformée en Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) sous l'égide de l'Union africaine.
18 août : Michel Djotodia prête serment.
8 et 9 septembre : affrontements entre ex-rebelles de la Séléka et groupes d'autodéfense chrétiens, autour de Bossangoa (nord-ouest) : une centaine de morts.
19 novembre : les Etats-Unis s'alarment d'une situation de "pré-génocide".
5 décembre : l'armée française lance l'opération Sangaris - du nom d'un petit papillon rouge - pour restaurer la sécurité, après le vote de l'ONU donnant mandat aux forces françaises pour intervenir.

2014
10 janvier : le président centrafricain Michel Djotodia démissionne à N'Djamena sous la pression des dirigeants d'Afrique centrale, ainsi que son Premier ministre, Nicolas Tiangaye.
20 janvier : une femme est élue à la présidence par le Parlement : Catherine Samba-Panza, 59 ans, maire de la capitale depuis l'arrivée au pouvoir de la rébellion en 2013. Une semaine plus tard, le Premier ministre André Nzapayeke forme son nouveau gouvernement de transition, composé à la fois de proches de l'ex-rébellion Séléka et des milices chrétiennes, ainsi que de figures connues de la politique centrafricaine.
28 janvier : l'ONU donne son feu vert à une force européenne.
14 mars : lancement des travaux de rédaction d'une nouvelle Constitution.
10 avril : le Conseil de sécurité des Nations unies autorise le déploiement de 12 000 casques bleus dès septembre 2014.
28 avril : un groupe armé attaque un convoi de 1.300 musulmans parti la veille de Bangui vers le Nord pour fuir les violences, faisant deux morts et six blessés. Attaques de villages, embuscades, le pays continue de subir quotidiennement les violences d'anciens rebelles et de milices chrétiennes.
30 avril : la force de l'Union européenne en Centrafrique est déclarée opérationnelle et assure la sécurité de l'aéroport.
13 mai : le corps de la Française Camille Lepage, photoreporter, est retrouvé dans la région de Bouar. Elle aurait été vraisemblablement victime d'une embuscade.
28 mai : au moins 17 morts dans une attaque, à la grenade et à l'arme automatique, de l'église Notre-Dame de Fatima à Bangui, où étaient réfugiés des milliers de déplacés.
2 juin : l'utilisation des textos est "suspendue en Centrafrique jusqu'à nouvel ordre" en vue "de contribuer à la restauration de la sécurité sur toute l'étendue du territoire".
9-10 juin : au moins 22 personnes sont tuées et des dizaines d'autres blessées dans des affrontements entre des ex-rebelles Séléka, à dominante musulmane, et des milices chrétiennes anti-balaka dans l'est de la Centrafrique.
22 juin : décès de la journaliste Blanche Elisabeth Olofio suite à des blessures infligées lors d’une agression par des membres de la Seleka en janvier 2013.
7 juillet : 26 personnes, dont 11 femmes, sont tuées et 35 blessées à Bambari, sur le site où sont installés des milliers de déplacés. Le gouvernement décrète un deuil national de trois jours à partir du 10.
12 juillet : l'ex-président Michel Djotodia, qui dirigeait la coalition rebelle Séléka qui l'a porté au pouvoir en mars 2013, est reconduit à la tête du mouvement à l'issue d'une assemblée générale à Birao, dans le nord du pays.
21 juillet : ouverture du Forum de réconciliation, à Brazzaville, au Congo, une nouvelle tentative pour ramener la paix en Centrafrique. Deux jours plus tard, les rebelles de la Séléka signent un cessez-le-feu avec les milices "anti-balaka" après avoir renoncé à leur
demande de scission du pays en deux entités sur une base religieuse.
5 août : démission du gouvernement, dans la foulée du fragile accord de paix signé à Brazzaville et censé relancer une transition politique en panne.
8 août : les Nations unies et la République centrafricaine signent un protocole d’accord portant création d’une Cour pénale spéciale (CPS), composée de juges centrafricains (RCA) et de juges internationaux, chargée d’enquêter sur les crimes commis en RCA et de poursuivre leurs auteurs.
10 août : Mahamat Kamoun, un musulman, est nommé Premier ministre pour diriger la transition, une première depuis l'indépendance du pays. Prise de fonction le 14.
24 septembre : la CPI ouvre une enquête sur une "liste interminable d'atrocités" perpetrées à la fois par la Séléka et par les anti-balaka.
7-8 octobre : au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans de nouvelles violences intercommunautaires à Bangui.
29 octobre : le Parlement renonce à la mise en place d'une commission d'enquête sur la disparition présumée de plusieurs millions de dollars donnés par le gouvernement angolais.
14 novembre : le gouvernement porte plainte à Paris contre François Bozizé, pour obtenir une enquête sur les biens qui auraient été acquis par l'ex-président et son entourage.

2015
19 janvi
er : 2 personnes, dont une Française en mission humanitaire, sont enlevées à Bangui par des miliciens chrétiens anti-balaka mécontents de l'arrestation d'un de leurs chefs, "général Andjilo", soupçonné d'avoir été un des meneurs des massacres de musulmans en décembre 2013.
11 février : libération du ministre de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, enlevé et retenu en otage depuis le 25 janvier à Bangui.
14 avril : les ex-présidents François Bozizé et Michel Djotodia, longtemps accusés de saper la transition dans leur pays, signent à Nairobi une déclaration dans laquelle ils s'engagent à rejoindre le processus de réconciliation.
28 avril : le Conseil de sécurité prolonge pour un an le mandat de la Mission de l'ONU et appele les autorités à accélérer la préparation des élections.
29 avril : le journal britannique The Guardian révèle l'existence d'un rapport confidentiel de l'ONU intitulé « Abus sexuels sur des enfants par les forces armées internationales ». Des enquêteurs de l'ONU ont recueilli le témoignage de jeunes garçons accusant des soldats français de les avoir violés et d'avoir abusé d'eux en échange de nourriture ou d'argent. 14 soldats français et 5 militaires étrangers sont mis en cause. Les faits se seraient déroulés entre décembre 2013 et juin 2014, alors que l'armée française était déployée dans le pays dans le cadre de l'opération « Sangaris ».
20 juillet : deuxième remaniement du gouvernement de transition du Premier ministre Mahamat Kamoun en moins d’un an. Six nouveaux ministres font leur entrée au gouvernement qui doit diriger le pays jusqu'aux élections prévues en octobre et novembre prochain.
31 août : le CNT adopte le projet de nouvelle Constitution, qui devra être approuvé par référendum le 13 décembre. Un texte de 159 articles qui comprend un certain nombre de nouveautés dans les institutions. La plus emblématique étant, sans, doute la création d’un Sénat qui n’existait pas en Centrafrique.
26 septembre : nouvelle flambée de violences à proximité du PK5, un quartier à majorité musulmane, avec au moins 20 tués et une centaine de blessés. Le lendemain, le Premier ministre annonce une série de mesures dont un couvre-feu, le renforcement des patrouilles des forces de défense et de sécurité centrafricaines, et il demande à la mission française Sangaris et à la Minusca de leur prêter main-forte.
13 décembre : référendum sur la Constitution marqué par des violences à Bangui, où des combats ont éclaté dans le PK5. Des tensions en provinces également, où un groupe armé a perturbé les votes. Le "oui" l'emporte à 90 %, avec un taux de participation d'à peine 30 %.
30 décembre : 1er tour de la présidentielle et des législatives, après de nombreux reports.

2016
5 janvier : l'ONU annonce avoir ouvert une enquête sur de nouvelles accusations d'abus sexuels portées contre ses casques bleus en Centrafrique. Les victimes présumées sont quatre fillettes soumises à des « abus sexuels et une exploitation sexuelle » à Bangui par des soldats de trois pays participants à la Mission de l'ONU en RCA (Minusca). Le 9, l'ONU décide de retirer du contingent de la Minusca les casques bleus de la République démocratique du Congo (RDC), suite à plusieurs accusations répétées de viols ou d'abus sexuels.
25 janvier : la Cour constitutionnelle de transition confirme les résultats officiels du 1er tour du scrutin tenu le 30 décembre dernier. Les deux candidats qui s'affronteront au second tour de la présidentielle sont Anicet Georges Dologuélé, en tête du premier tour avec 23,7 % des voix et Faustin-Archange Touadéra, crédité de 19 %. En revanche, la Cour annule les législatives pour cause d'irrégularités.
14 février : l'ancien Premier ministre Faustin-Archange Touadéra recueille 62,71 % des suffrages contre 37,29 % pour son rival, Anicet-Georges Dologuélé, lors du second tour de la présidentielle, validé par la Cour constitutionnelle le 1er mars. Investiture le 30 mars. Le 2 avril, il nomme Premier ministre un de ses proches collaborateurs, Mathieu Simplice Sarandji.
7 avril : l'Union africaine (UA) lève la suspension du pays, se félicitant de la "tenue réussie" de la présidentielle de février.

Documentation RFI, avril 2016

Dabealvi.Le Sentinel en mode veille - CentrAfrique

PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE - LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS OUI, je l’affirme avec force, l’avenir est dans les applications mobiles… https://my.worldgn.com/store/iworlddabealvi

Une société de marketing participatif, iwor(l)dDabealvi fait parler d'elle, car son potentiel est énorme, son plan de rémunération efficace et surtout son modèle d'affaires est très simple : il suffit de cliquer sur cette page d'inscription gratuite ! http://iworlddabealvi.worlderstore.com/joincomplete.php

Lire la suite

Faustin Archange Touadera prête serment et investi nouveau Président de Centrafrique

30 Mars 2016 , Rédigé par Chantal Guimowara Publié dans #Politique

Cet article est reposté depuis Centraf-infos.

Lire la suite

TOUT COMPTE FAIT, SAMBA-PANZA A REUSSIT DEUX MISSIONS FONDAMENTALES. N'EST-ELLE PAS UNE HEROINE NATIONALE ?

24 Mars 2016 , Rédigé par TAKA PARLER Publié dans #POLITIQUE

Cet article est reposté depuis Taka Parler.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>