Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - CentrAfrique

Articles avec #2016 tag

CENTRAFRICAINS VOUS POUVEZ DEVENIR VOTRE PROPRE OPÉRATEUR EN TÉLÉPHONIE MOBILE.

18 Février 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #operateur, #telephonie mobile, #centrafrique, #bangui, #dabealvi, #2016

CENTRAFRICAINS VOUS POUVEZ DEVENIR VOTRE PROPRE OPÉRATEUR EN TÉLÉPHONIE MOBILE.

Centrafrique : Le ministère des télécoms dénonce le non-paiement des taxes par les opérateurs

André Ndomandji, le directeur de cabinet du ministère des postes et télécommunications, a dénoncé le non-paiement régulier des taxes et redevances dues à l’Etat par les opérateurs télécoms Orange, Moov, Telecel et Azur. C’était la semaine dernière, lors d’une rencontre tenue à Bangui avec des représentants du ministère des Finances, de l’Agence de régulation des télécommunications (Art) et des représentants des opérateurs télécoms, rapporte l’Agence de presse africaine (APA).

D’après André Ndomandji, les caisses de l’Etat ne devraient pas souffrir de l’absence des redevances des opérateurs télécoms puisque deux lois ont été votées à cet effet en 1994 pour réglementer le secteur en définissant le cadre d’exploitation et fixant les taxes et redevances à payer par ces exploitants.

Vincent Marboua, le directeur technique de l’Agence de régulation des télécommunications (Art), que cite APA, a demandé une modification des dispositions fiscales auxquelles sont soumis Orange, Moov, Telecel et Azur. Il propose une taxation par rapport aux fréquences des appels qui sont attribuées à ces entreprises parce qu’elles ne présentent pas objectivement leur chiffre d’affaires à l’Etat.

Écrit par: Agence Ecofin

CENTRAFRICAINS VOUS POUVEZ DEVENIR VOTRE PROPRE OPÉRATEUR EN TÉLÉPHONIE MOBILE.

LE RÉSEAU DE COMMUNICATION PERSONNALISÉ WORLD-CENTRAFRIQUE.

Project URL

http://wesharecrowdfunding.com/centrafrique

Avec IWORLDDABEALVI nous assistons à un renversement dans lequel le simple citoyen n’est plus vu comme porteur d’intérêt mais comme promoteur d’initiatives vitales pour la Planète, conçues pour atteindre un unique objectif : protéger le droit à la vie des générations présentes et futures.

https://my.worldgn.com/store/iworlddabealvi

JOIN ME NOW

https://my.worldgn.com/join/iworlddabealvi

Lire la suite

Aux USA, le solaire emploie plus de salariés que le pétrole

14 Janvier 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #Centrafrique, #ENERGIE SOLAIRE, #iworlddabealvi, #2016

Aux USA, le solaire emploie plus de salariés que le pétrole

(Agence Ecofin) - En 2015, le secteur de l’énergie solaire aux USA a dépassé pour la première fois le secteur pétrolier en matière de nombre d’emplois pourvus. C’est ce que rapporte le Bureau of labor statistics (LBS) qui précise que le secteur solaire regroupe 209 000 employés contre 184 500 pour le pétrole.

La majorité de ces emplois ont été créés dans l’installation, le développement et les ventes des panneaux solaires. Une croissance particulière a également été observée dans les deux dernières catégories, contrairement au sous-secteur de la fabrication des panneaux solaires qui, pour sa part, a connu une diminution de ses emplois.

Le LBS explique cette performance par les difficultés actuellement rencontrées par le secteur pétrolier. L’augmentation de l’offre sur le marché mondial a en effet entraîné une chute des prix qui sont passé de 100 $ le baril au printemps 2014 à 30 $ en moyenne au cours des dernières semaines.

Néanmoins, si le solaire emploie plus, il paie moins. Le salaire moyen d’un employé intervenant dans ce domaine est de 25,59 $ par heure contre 44 $ pour un employé du secteur pétrolier.

Gwladys Johnson

Avec IWORLDDABEALVI nous assistons à un renversement dans lequel le simple citoyen n’est plus vu comme porteur d’intérêt mais comme promoteur d’initiatives vitales pour la Planète, conçues pour atteindre un unique objectif : protéger le droit à la vie des générations présentes et futures.
https://my.worldgn.com/store/iworlddabealvi

JOIN ME NOW

https://my.worldgn.com/join/iworlddabealvi

Lire la suite

CENTRAFRIQUE: REUSSIR AVEC LES AUTRES

8 Janvier 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #centrafrique, #politique, #reussir, #election, #presidentielle, #2016, #marie reine hassen, #andre regnier

CENTRAFRIQUE: REUSSIR AVEC LES AUTRES

1- Détache tes yeux du miroir !

Citation: « Je ne sais pas ce que sera votre destin, mais je sais une chose : les seuls parmi vous qui seront heureux seront ceux qui auront cherché et trouvé comment servir les autres. » Albert Schweitzer

Ne crois pas que tu vas trouver le bonheur en cherchant d’abord à répondre à tes propres besoins. N’oublie pas que le succès est uniquement lié à ce que tu fais pour les autres.

2-Fais pour les autres ce que tu aimerais qu’il fassent pour toi !

Citation: « Aujourd’hui vous n’avez pas encore vécu, si vous n’avez pas apporté à quelqu’un une chose qu’il ne pourra jamais vous rendre. » John Bunyan

Concentre-toi sur ce que tu peux faire pour les autres, plutôt que de te concentrer sur ce que les autres peuvent faire pour toi. Nous avons tous besoin des autres pour faire ce que nous ne pourrions pas faire seul.

3-Ecoute avec ton coeur !

Citation: « La chose la plus importante pour communiquer est d’entendre ce qui n’est pas dit. » Peter Drucker

Oublie de faire passer ton point de vue. Mets toute ton énergie à comprendre le point de vue de celui qui te parle. Concentre-toi sur ce que la personne ressens et pense. Le meilleur moyen de persuader ton interlocuteur est d’utiliser tes oreilles.

4 - Trouve les clés qui mènent à leur coeur !

Citation: « Les entraîneurs qui savent exposer les grandes lignes de leur jeu au tableau noir se trouvent à la pelle. Ceux qui réussissent sont ceux qui se mettent dans la peau de leurs joueurs et savent les motiver. » Vince Lombardi

Essaie délibérément de découvrir les clés des coeurs des personnes qui sont proches de toi en leur posant des questions : Que rêves-tu de faire ? Pour quelles raisons pleures-tu ? De quoi te réjouis-tu ? Quels sont tes valeurs ? Quels sont tes points forts ? Quel est ton tempérament ? N’oublie pas que les leaders qui réussissent sont ceux qui comprennent les coeurs de leurs équipiers.

5 - Sois le premier à aider !

Citation: « Après le verbe « aimer », « aider » est le mot le plus merveilleux du monde. » Berth Von Suttner

Sois le premier à offrir tes services, secourir, tendre la main. Si ton aide permet aux gens d’obtenir ce qu’ils veulent, toi aussi tu obtiendras ce que tu veux. Oublie de voir seulement ce que tu pourrais retirer de telle situation, et réfléchis à la manière dont tu pourrais tendre la main.

6 - Accrois la valeur des gens !

Citation: « Ne cherche pas à devenir un homme qui réussit, mais cherche plutôt à devenir un homme de valeur. » Albert Einstein

Interroge-toi sur les personnes qui ajoutent à ta valeur et celles à qui tu aimerais le plus ajouter de valeur. Fais une liste de personnes de ton entourage et note avec précision ce qu’elles apprécient le plus chez toi. N’oublie pas que si tu n’accordes pas véritablement de valeur à une personne, celle-ci n’aura jamais l’impression d’être importante en ta présence.

7 - Souviens-toi de ce que les gens te disent !

Citation: « Plus d’un homme aimerait mieux que vous prêtiez attention à son histoire, plutôt que de répondre à sa requête. » Philip Stanhope, Compte de Chesterfield

Ne pense plus à parler de toi, laisse plutôt parler les autres. Une phrase à dire régulièrement à ton interlocuteur : « Parle moi de toi, s’il te plait. » La prochaine fois que tu rencontres une personne, rappelle-lui un point de la conversation qui avait été évoqué précédemment. Rappelle-toi que nous aimons tous parler de ce que nous vivons.

8 - Raconte un événement intéressant de ta vie !

Citation: « L’univers est fait d’histoires, pas les atomes. » Muriel Rukeyser

Mets-y tout ton coeur et part du principe que les autres veulent t’écouter. La question est : Comment convaincre davantage tes auditeurs par ton récit ? Raconte un événement vécu au lieu de n’apporter que des faits. N’oublie pas que les histoires restent et que les principes se perdent. Ce n’est pas nécessaire de rechercher le professionnalisme dans tes récits.

9 - Donne d’une manière désintéressée !

Citation: « Dans la vie, la question qui revêt le caractère le plus persistant et le plus urgent est celle-ci : Que faisons nous pour les autres ? » Marthin Luther King Jr.

Oublie la notion de pénurie, focalise toi plutôt sur la notion d’abondance. Fais délibérément preuve de gentillesse et de générosité envers quelqu’un en particulier. Rappelle-toi que tu te fais le plus grand bien en faisant du bien aux autres. Si nous nous retenons de donner avec un esprit de manque, le peu que nous avons sera encore moindre. Si nous donnons avec générosité, avec un esprit d’abondance, ce que nous avons sera multiplié.

10 - Apprends le nom de ton facteur !

Citation: « Souviens-toi que le nom d’une personne est pour elle le mot le plus agréable au monde et le plus important qui soit. » Dale Carnegie

Oublie d’accuser ta « mauvaise » mémoire et exerce-toi au contraire à te rappeler les noms des personnes. Pose des questions pour te souvenir des prénoms: Que peux tu dire sur l’origine de ton prénom ? Comment l’écris-tu ? N’oublie pas pas que le nom d’une personne est ce qu’elle possède au monde de plus précieux.

11 - Révèle les points forts des gens !

Citation: « Les éloges que nous font les autres peuvent servir à nous enseigner, non pas ce que nous sommes, mais ce que nous devrions être. » Auguste W.

Oublie les faiblesses des autres. Pose toi la question : Qu’est-ce que cet individu sait faire d’exceptionnellement bien ? Essaie de dire chaque jour, à au moins une personne, les forces que tu vois en elle.

12 - Ecris des mots d’encouragement !

Citation: « Le pouvoir des mots est immense. Un mot bien choisi a souvent suffi à arrêter une armée en déroute, à changer la défaite en victoire et à sauver l’empire. Emile de Girardin

Un mot d’encouragement adressé par écrit à une personne est souvent perçu comme étant plus authentique que s’il avait été adressé verbalement. Ne cherche pas à un être un parfait rédacteur mais concentre-toi sur les mots qui te viennent du coeur. Les mots écrits ont le pouvoir d’encourager longtemps après que l’auteur les aient oublié. Exemple : la lettre écrite de la main de John Wesley juste avant de mourir pour encourager William Wilberforce qui oeuvra toute sa vie à l’abolition de l’esclavage en Grande-Bretagne.

13 - Aide les autres à réussir !

Citation: « Le plus important, ce n’est pas d’évaluer mes performances au cours du jeu, mais d’évaluer la manière dont j’ai pu aider les autres joueurs de mon équipe à bien jouer. » Bill Russell (vainqueur du plus grand nombre de championnats de baseball en MLB)

Ne considère pas la vie comme une compétition où tu dois battre tout le monde pour gagner. N’oublie pas qu’après avoir aidé une personne à réussir, tu auras un ami pour la vie. Comprends que quand tu aides les autres à réussir, tu réussis également ! Concentre-toi sur le moyen de réussir et non sur la réussite elle-même.

Claude POTEZ.

"Réunir Pour S'épanouir"

Lire la suite

Message du Nouvel AN 2016 de S.E Madame Catherine SAMBA-PANZA, Chef de l’Etat de la Transition

31 Décembre 2015 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #catherine samba panza, #presidente, #centrafrique, #2016

Message du Nouvel AN 2016 de S.E Madame Catherine SAMBA-PANZA, Chef de l’Etat de la Transition

Centrafricaines,
Centrafricains,
Mes chers compatriotes,
Au seuil de la nouvelle année, la tradition m’offre encore une heureuse occasion de m’adresser à vous. Demain, 1er janvier 2016, nous aborderons une nouvelle étape dans l’histoire de notre pays. C’est une étape charnière dans notre existence qui est vécue avec allégresse dans tous les foyers Centrafricains, à l’instar de tous les foyers du monde. C’est aussi un moment de méditation sur le chemin parcouru, afin de faire le point de nos réalisations mais aussi de nos manquements, dans la perspective d’un avenir meilleur pour notre pays.
Je suis persuadée que dans chaque foyer Centrafricain, cette nuit de la Saint Sylvestre sera vécue dans un mélange de mélancolie et de bonheur. Car, si l’année 2015 nous a apporté quelques satisfactions dans notre vie individuelle ou collective, elle a aussi eu son cortège de malheurs et de désolations.
Volontairement, je ne vais pas ce soir m’y appesantir. Je fais plutôt le choix de tourner mon regard résolument vers l’avenir qui est porteur d’espoir.
Je n’en oublie pas pour autant tous les êtres chers que nous avons perdus au cours de l’année qui s’achève, souvent dans des circonstances dramatiques. Je vous demande à vous tous d’avoir une pensée profonde pour tous les Centrafricains de toutes conditions, de toutes origines et de tous les bords qui ont été les victimes souvent innocentes de la barbarie d’autres Centrafricains.
Mes chers compatriotes,
Nous devons rendre grâces à Dieu pour les moments de joies inoubliables vécus lors de la visite du Pape François en novembre dernier. Notre espoir d’une vie meilleure né de cette visite du Pape ne fait que s’accroître et se consolider de jour en jour. On a pu l’observer à l’occasion de la fête de Noël où les rues de la capitale étaient bondées de monde et où était ressenti le sentiment d’une joie retrouvée, de la peur domestiquée et du dépassement de tous les clivages.
Dans le sillage du Pape François qui nous a fait l’insigne honneur et l’immense joie de venir nous réconforter et nous délivrer un message d’espérance, j’aimerai ce soir vous adresser un message d’espoir et de foi en un avenir meilleur dans notre pays. Car, je suis convaincue pour ma part que désormais l’espoir est permis et nous devons tous y croire fermement.
Pour preuve : du chaos total dont nous sommes partis en janvier 2014 et malgré l’immensité des défis auxquels nous étions régulièrement confrontés, je peux affirmer que la barque Centrafricaine a été redressée de son naufrage et qu’elle flotte désormais sur des eaux plus calmes, avec l’objectif d’arriver à bon port.
Pour obtenir cette amélioration significative de la situation globale de notre pays, il a fallu des efforts conjugués des uns et des autres, mais aussi l’appui indéfectible de la communauté internationale à qui je réitère ce soir un hommage tout particulier. Au titre des efforts faits par les Autorités de la transition, je mentionnerai ceux qui ont été déployés dans les domaines clés de la gestion de la Transition.
Dans le domaine politique, la politique hardie de rassemblement de tous les Centrafricains autour de la reconstruction de leur pays que j’ai initiée en 2014 a été poursuivie et intensifiée en 2015 à travers la mise en place d’un gouvernement de large ouverture comprenant toutes les sensibilités politiques, respectueux des grands équilibres régionaux de notre pays et de la parité hommes femmes. La même logique a présidé à la formation des cabinets de la Présidence et de la Primature.
Au cœur de cette politique de rassemblement, j’ai également accordé une place de choix au dialogue permanent et à la recherche du consensus. Plusieurs rencontres ont été organisées avec les Forces Vives de la Nation, mais aussi au niveau des hauts dirigeants de la Transition sur des problèmes cruciaux engageant la vie de la Nation. Ces rencontres ont donné lieu à l’harmonisation des points de vue sur les problèmes en question et ont souvent contribué à l’apaisement du climat social.
Le dialogue politique et social comme mode de gestion de la Transition a surtout atteint son point culminant avec le Forum de Brazzaville, l’organisation des consultations populaires à la base et la tenue du Forum National de Bangui qui a débouché sur d’importantes recommandations.
Les consultations populaires à la base ont été reconnues unanimement comme une initiative inédite dans l’histoire de notre pays, tandis que le Forum National de Bangui, avec son record de participation et la qualité des discussions en plénières et dans les commissions thématiques, était un moment capital de réconciliation et refondation du pays.
Le Forum National de Bangui a débouché sur un accord historique entre les groupes politico-militaires et surtout sur un pacte républicain pour la paix, la réconciliation nationale et la reconstruction de la RCA qui rentrera incontestablement dans les annales de l’histoire de notre pays.
En application de l’une des recommandations phares de ce Forum, un comité de suivi a été mis en place qui est à pied d’œuvre pour l’évaluation de la mise en œuvre effective des dites recommandations. Il faut d’ailleurs souligner qu’un nombre important de ces recommandations est déjà réalisé, notamment à travers le projet de constitution qui a été massivement voté par le peuple Centrafricain mais aussi à travers les nombreuses décisions prises par les instances concernées.
Dans le domaine administratif, une attention particulière a été accordée à la restauration de l’autorité de l’Etat et au déploiement de l’administration sur toute l’étendue du territoire. Ainsi, la réhabilitation des infrastructures administratives dans l’ensemble des préfectures du pays ont été entamées, les préfets des 16 préfectures de même que les Sous-Préfet ont été dotés de moyens roulants, les forces de défense et de sécurité intérieures ainsi que les agents de l’administration ont progressivement été déployés dans l’arrière pays.
Evidemment, l’organisation des élections pour un retour à l’ordre constitutionnel était l’un des volets du programme politique de la Transition sur lequel nos efforts se sont également concentrés. Pour beaucoup, l’exécution de ce volet par les autorités de la transition s’apparentait davantage à une gageure. On peut aujourd’hui observer avec satisfaction que le défi de l’organisation des élections apaisées, dans le strict respect des dispositions de la Charte Constitutionnelle de Transition et du Code Electoral a été relevé. Le vote de la nouvelle Constitution a définitivement consacré le retour à l’ordre constitutionnel démocratique qui sera parachevé par l’élection des nouveaux dirigeants du pays à l’issue du scrutin groupé qui a eu lieu hier.
C’est le lieu de rendre un hommage mérité au peuple Centrafricain qui s’est massivement déplacé pour accomplir son devoir de citoyen les 13 et 30 décembre, dans le calme et la dignité.
Mes chers compatriotes,
Vous êtes en effet allés massivement accomplir votre devoir citoyen, montrant ainsi aux yeux du monde, votre désir de changement et votre soif d’un avenir meilleur. Vous avez montré votre volonté de voir une nouvelle configuration politique naître dans notre pays. Le monde entier est étonné de ce que vous avez pu réaliser dans la discipline et la ferveur. Je suis fière de vous et du visage de la Centrafrique que vous avez montré au monde entier. Votre attitude démontre une prise de conscience aigüe et une volonté déterminée à reprendre en main votre destin.
Je rends aussi hommage à la classe politique Centrafricaine qui a compris les enjeux de ces élections et qui s’est engagée dans la compétition électorale sur la base des dispositions du Code de Bonne Conduite signé par tous le 9 décembre 2015. Il leur appartiendra dans les prochains jours de préserver l’esprit de concorde nationale qui a prévalu durant ce scrutin, par l’acceptation du résultat des urnes par tous.
Je ne peux m’empêcher de saluer l’appui déterminant des partenaires internationaux déployés en soutien au processus électoral dont l’heureux aboutissement favorisera certes, le retour à l’ordre constitutionnel mais permettra aussi à notre pays de recouvrer sa dignité et sa place dans le concert des Nations démocratiques respectables et respectées.
Dans le domaine de la sécurité, avec l’appui des partenaires internationaux, la police et la gendarmerie ont été mises très tôt à contribution pour ramener la sécurité et la paix dans les villes du pays en menant une lutte implacable contre les forces non conventionnelles qui écumaient nos villes.
Concernant les FACA, les plaidoyers auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont progressivement abouti à un allégement de l’embargo, notamment celui sur les équipements et la formation. Même l’embargo sur les armes de guerre a aussi fait l’objet d’allégement pour faciliter l’opérationnalisation de nos forces de défense et de sécurité intérieures.
Il faut surtout retenir les avancées significatives dans la réforme du secteur de la sécurité grâce à l’appui des partenaires internationaux qui augurent que notre pays sera bientôt doté de forces de défense et de sécurité répondant aux standards internationaux, à savoir le professionnalisme, le respect du caractère multiethnique et républicain.
Dans le domaine de la justice, je ne peux omettre de mentionner les appuis multiformes ayant servi à renforcer notre système judiciaire mais aussi notre appareil sécuritaire. De la volonté affirmée des Autorités de la Transition de lutter contre l’impunité, une Cour Pénale Spéciale a été créée pour connaître des crimes graves commis en R.C.A. L’opérationnalisation de cette Cour qui fait l’objet d’une attention soutenue des partenaires internationaux mais aussi des organisations de la société civile Centrafricaine tout comme la collaboration étroite avec la Cour Pénale Internationale permettront à terme d’arrimer notre pays à un système judiciaire performant qui ne laisse plus de place à l’impunité et surtout qui veillera à la protection des droits fondamentaux des citoyens de ce pays.
Dans le domaine de la réconciliation nationale et conformément à la recommandation du Forum National de Bangui y relative, une Commission Vérité, Justice, Réconciliation et Réparation va être mise en place pour œuvrer à la consolidation de la cohésion sociale et de la réconciliation des communautés à la base.
Dans le domaine socio-économique, tout a été mis en œuvre pour éviter une crise sociale. Les salaires, bourses et pensions ont ainsi été payés régulièrement grâce à la mobilisation des ressources extérieures mais aussi à la mobilisation des ressources intérieures. La reprise des activités dans les établissements scolaires, à l’Université et dans les formations sanitaires du pays a été au cœur de nos préoccupations. Il est heureux de relever qu’elle a abouti à l’organisation effective des examens scolaires et universitaires à l’échelle de tout le pays en 2015.
La lutte contre le chômage des jeunes étant une préoccupation majeure pour nous, nous nous sommes attachés à promouvoir les programmes THIMO (Travaux à Haute Intensité de Main d’Ouvre), en attendant des emplois plus durables que favorisera la croissance économique à pente ascendante déjà amorcée.
Je saisis cette occasion pour rendre hommage aux partenaires sociaux que sont les syndicats qui ont fait montre de patriotisme en contribuant à l’apaisement du front social.
La conjugaison des facteurs d’apaisement social a d’ailleurs permis de relancer la machine économique et partant d’augmenter sensiblement le niveau de nos recettes internes. Le contrôle du fichier de la solde et l’assainissement des services des régies financières, avec l’appui des partenaires internationaux, auxquels s’ajoute la sécurisation du corridor Bangui Garoua Boulaï ont eu des effets très positifs sur la croissance de notre économie qui est passée de -36% en 2013 à 4,3 % en 2015.
Au-delà de ces efforts du gouvernement, ma vision de la relance de l’économie de notre pays a abouti à l’organisation d’un forum sur la promotion du secteur privé. Le succès retentissant de ce forum a permis de dégager des perspectives très claires et prometteuses pour la création d’unités de production, d’emploi des jeunes et des femmes, et in fine, l’éradication de la pauvreté.
Dans le domaine humanitaire, n’eussent-été les crises des mois de septembre et octobre 2015, la tendance à l’amélioration de la situation des personnes déplacées internes aurait pu se maintenir durablement et conduire au retour de la majorité de ces personnes à leurs domiciles habituels.
Le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens pour apporter son assistance aux personnes affectées par les différentes crises ; rien que pour les drames vécus dans les 5e, 3e et 6e arrondissements de la ville de Bangui en septembre et octobre 2015, une enveloppe de plus de 180 millions de francs CFA a servi à apporter des réponses d’urgence aux victimes ou parents des victimes de ces drames.
Mes chers compatriotes,
Certes l’immensité des défis sur tous les plans n’a pas permis de résoudre tous les problèmes à la fois. Je peux cependant assurer que tout ce qui pouvait être fait avec les moyens disponibles a été fait et dans la plus grande transparence. Je peux me permettre de le dire tout haut : beaucoup a été fait sous mon mandat.
Il y a des acquis incontestables de la Transition sous mon impulsion qui ont permis des avancées appréciables dans la renaissance de notre pays.
Mes chers compatriotes,
A l’occasion de la visite du Pape, j’avais décliné ma vision de la Centrafrique de demain :’’ Une Centrafrique sans rancœurs, sans haines, sans divisions, sans discrimination de religions et d’ethnies, une Centrafrique sans armes et dans laquelle tous les citoyens pourraient « se donner la main », pour relever et reconstruire leur pays.’’.
Le vœu le plus cher que je formule pour mon pays et pour notre peuple à l’occasion de la nouvelle année qui commence demain est de voir cette vision se réaliser concrètement. Puisse la nouvelle équipe dirigeante de notre pays s’inscrire dans la continuité de cette vision et de l’esprit du Forum de Bangui.
La transition s’est attelée à bien faire son travail pour sortir le pays de la crise afin que les dirigeants à venir puissent hériter d’un pays stable et gouvernable. Ceux qui sèment ne récoltent pas forcement les fruits. Nous avons, quant à nous, semé les graines de l’Esperance pour notre pays pour que les centrafricains de tous bords se rassemblent afin de conjuguer ensemble les cinq verbes du père fondateur.
Pour finir, je souhaite une bonne et heureuse année 2016 à tous mes compatriotes où qu’ils se trouvent, à tous nos partenaires de la communauté internationale qui ont toujours été à nos côtés, aux éléments des forces internationales qui ont sacrifié leur famille à cause de la paix en Centrafrique et à tous les amis de la République Centrafricaine partout dans le monde.
Soyons reconnaissants à Dieu pour toutes les bénédictions reçues en 2015 et confions lui avec foi l’année 2016.
Je vous remercie.

S.E Madame Catherine SAMBA-PANZA,

Lire la suite

Centrafrique: Un climat si volatil

30 Décembre 2015 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #elections, #legislatives, #presidentielle, #2016, #dabealvi

Centrafrique: Un climat si volatil

En Centrafrique, un vote pour tenter de faire oublier la loi des kalachnikovs

Elections législatives et présidentielleLe scrutin se tient mercredi. Deux millions de votants veulent croire à une première étape vers la sortie de crise.

Catherine Samba-Panza, présidente du gouvernement de transition, dont le mandat a été prolongé jusqu’au 31 mars 2016, n’avait, elle, pas le droit de se présenter. Elle a cependant répété à plusieurs reprises sa détermination à tenir ses engagements pour que le scrutin se tienne avant la fin de l’année. Ces élections à marche forcée ont été voulues par la communauté internationale, désireuse de sortir de l’impasse.

Contre toute attente, la situation dans le pays est calme et aucun incident majeur n’a été rapporté ces derniers jours. Le vrai risque surviendra après l’annonce des résultats des urnes. «Le climat est toujours très volatil et le désarmement n’a pas eu lieu, dit un analyste, spécialiste des questions sécuritaires, qui requiert l’anonymat. Tout reste possible en cas de contestation après la proclamation.»

source(24 heures)

André-Léopold REGNIER, ASEA - France | Viadeo
fr.viadeo.com/fr/profile/andre-leopold.regnier

Vous devez être membre de Dabealvi MultiSite Plateform - Centrafrique BOWEBO pour ajouter des commentaires !
http://snmbowebo.ning.com

SNMBOWEBO-RCA-GLOBAL OPTION

https://my.worldgn.com/join/iworlddabealvi

Lire la suite

VOEUX DE NOUVEL AN 2016 DE MICHEL AMINE DE l’UNDP AU PEUPLE CENTRAFRICAIN TOUT ENTIER.

30 Décembre 2015 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #centarfrique, #michel amine, #dabealvi, #2016

VOEUX DE NOUVEL AN 2016 DE MICHEL AMINE DE l’UNDP AU PEUPLE CENTRAFRICAIN TOUT ENTIER.

Centrafricains, Centrafricaines,
Mes chers compatriotes,
Membres, partisans et sympathisants de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP).

Au seuil du nouvel an, c’est bien un agréable devoir pour moi de m’adresser á vous pour vous présenter premièrement mes voeux les meilleurs pour l’année 2016 á venir, mais aussi faire une lecture retrospective de l’année qui s’achève.

En effet, l’année 2015 qui s’en va, aura, premièrement avec la visite du Souverain Pontife, et qui foulant pour la toute première fois le sol de notre pays, a fait de Bangui la capitale spirituelle du monde; Et deuxièmement avec la tenue des élections groupées, et qui finalement se tiendront demain, mercredi, 30 décembre 2015, apporté à la République Centrafricaine, de réels motifs de satisfaction, ouvrant ainsi la voie à de belles perspectives d’avenir, car Il s’agira entre Centrafricains, de se pardonner, de se réconcilier, de se tenir par la main sans distinction de confession religieuse, de sexe, de formation politique, d’ethnie, de classe ou rang social. Et On devra impérativement s’y faire et s’y mettre, car aucune politique ne vaudrait la peine d’être mener si elle n’est orientée vers l’intérêt supérieur de la Centrafrique et des Centrafricains, afin de pouvoir marcher fraternellement dans la paix vers des lendemains meilleurs pour tous les Centrafricains de l’Est à l’Ouest, et du Nord au Sud.

Cependant, il est important de souligner quand même, et sans aucune rancune quelconque certains aspects négatifs, et qui auront négativement marquer plus d’un, en cette fin d’année:
Il s’agira entre autres des événements tragiques des 26, 27, 28 et 29 Septembre 2015, et de ceux d’un mois juste après, c’est à dire d’Octobre 2015. On se rappellera également des multiples renvois de ces élections de la dernière chance par les organes en charge de son organisation, et des menaces diverses de partition du pays formulées par certains responsables de groupes armés.

A tout cela s’ajoute l’élimination par un complot purement politique de ma candidature, et qui ne se heurtait á aucun obstacle juridique quelconque. Les faits sont d’ailleurs bien connus de tous, pas donc besoin de revenir la dessus, car l’heure n’étant plus aux regrets. Par contre, á tous ces vieux démons de la politique politicienne, et qui ont la peau dure, c’est l’occasion pour moi de leur rappeler ici qu’ils auront á rendre compte devant le tribunal de l’histoire, car en agissant ainsi, ils ont démontré devant tous qu’ils étaient dans le mauvais sens de l’histoire. Mais l’UNDP est un jeune parti, et notre programme de redressement national á travers la Révolution Verte, nous ne l’engagerons pas contre un individu, une ethnie, ou une religion, mais nous l’engagerons au profit de tout le peuple Centrafricain. Ce faisant, nous continuerons le combat politique pour un Centrafrique prospère et émergent pour nos jeunes, nos enfants, nos fils et filles, ceux-la mêmes qui devront très bientôt prendre la relève, car la République Centrafricaine si chère á tous nos coeurs, est un pays prospère, plein d’opportunités pour tous ses enfants quelles que soient leurs origines sociales.

Et notre priorité á l’UNDP reste et demeura toujours le bien être collectif, celui de tous les Centrafricains, c’est á dire l’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE en premier, puis l’Emergence de notre pays ensuite par la bonne gouvernance.

En effet, la bonne gouvernance que nous souhaitions mettre en œuvre pour une Centrafrique prospère, revêt un caractère politique, économique et socioculturel qui est en prise avec la compétitivité des Nations, et auquel devrait faire face notre pays, car nous ne devons pas inscrire nos difficultés dans l’éternité.
Mais cependant, et au-delà de tout ce qui précède, la bonne gouvernance, et nous le savons, est avant tout tributaire de profondes réformes législatives et judiciaires, afin d’adopter des lois adéquates, puis tirer les conséquences juridico-judiciaires inhérentes à la mal gouvernance, notamment la corruption et toutes autres atteintes à la fortune publique. Et c’est bien pour cela qu’a l’UNDP, nous invitons le peuple Centrafricain souverain à garantir à l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP), la majorité à l’Assemblée Nationale á l’issue de ces élections, ceci afin de faciliter les réformes envisagées par elle, car un meilleur fonctionnement du parlement permettra entre autres un contrôle permanent de l’action de l’exécutif, puis l’efficacité de l’administration publique.

Voila pourquoi j’appelle personnellement tous les travailleurs Centrafricains des fonctions publiques et privées, tant du secteur formel que de l’informel, les divers syndicats, et les Communautés de base, à voter pour les 134 candidats UNDP á ces législatives, et par là, de se joindre aux efforts qu’entreprendra bientôt l’UNDP pour l’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE dans notre pays.
Je lance également le même appel á la jeunesse, fer de lance de la nation Centrafricaine, et à tous ceux qui souffrent de la famine, et des aléas divers de la vie.

Mes Chers Compatriotes,
Notre pays a d’énormes progrès significatifs á faire sur tous les standards internationaux d’évaluation, car les données sont amers.
Par exemple, avec seulement un PIB par habitant de 355 USD, notre Taux de croissance et d’inflation est estimé par le FMI (Fond Monétaire International) pour cette année 2015 qui se termine à seulement 5,7%. Et les parts de secteurs d’activités dans le PIB sont de 32,9% pour les Services, de 29,6% seulement pour l’Agriculture et de 14,3% pour l’industrie, avec un classement de 186eme pays sur 188 á l’Indice de Développement Humain(IDH) récemment publié par les Nations-Unies.
Des chiffres tristes et alarmants pour un pays comme le notre, riche de 15.000.000 hectares de terre repartis sur 623.000 km2, avec un réseau hydrographique important drainant l’ensemble du territoire, plus un sous sol très fertile et qui s’ouvre à toutes les cultures agricoles.
Mais ces chiffres peuvent très vite, et si nous nous y mettons tous ensemble, changer la donne, et nous pourrions alors retrouver dans nos cuisines et sur le marché national et international, ce que nous produisons nous mêmes dans nos champs et nos fermes.
Pour ma part, et ayant à l’esprit les charges qui m’incombent en ma qualité de Président du parti UNDP, je vous renouvelle ma ferme détermination à consacrer tous mes efforts à la réalisation de la Révolution Verte, et par elle, je suis convaincu, nous aurons en plus de l’Autosuffisance alimentaire, une Nation unie, des Institutions stables, une démocratie forte et apaisée, et un développement inclusif et solidaire.

Mes chers compatriotes,

Ce soir, alors que s’annonce l’aube d’une nouvelle année, méditons, chacun dans son for intérieur, sur les valeurs élevées de paix, d’Unité, de Dignité et de Travail, et qui nous unissent et nous portent les uns vers les autres.
Souvenons nous que ces valeurs, qui font notre fortune et notre fierté, qui font la force et la vitalité de la Nation Centrafricaine, tiennent moins à notre mérite personnel qu’à la sagesse de notre père fondateur, Barthélémy BOGANDA, et qui nous les a transmis en héritage.

Ces valeurs nous abritent et protègent cette Nation. Elles dépassent chacun de nous en force et en grandeur. Elles nous invitent à plus d’humilité dans nos actes, et de gratitude à l’égard de nos semblable, d’ou la célèbre maxime ‘’Zo-Kwè-ZO’’. Du plus profond de mon cœur donc, j’exprime à chacun de vous mes sentiments les plus affectueux.

A tous et à toutes, j’adresse mes vœux ardents de bonne santé, de bien être et de réussite, pour que vive et prospère notre chère patrie.

BONNE ANNÉE 2016!

Michel AMINE
Président du parti UNDP
(Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès)

https://www.facebook.com/groups/LNCANALYSERCA/

André-Léopold REGNIER, ASEA - France | Viadeo
fr.viadeo.com/fr/profile/andre-leopold.regnier

Vous devez être membre de Dabealvi MultiSite Plateform - Centrafrique BOWEBO pour ajouter des commentaires !
http://snmbowebo.ning.com

SNMBOWEBO-RCA-GLOBAL OPTION

https://my.worldgn.com/join/iworlddabealvi

Lire la suite

En période de crise politique, c’est celui qui est clair et déterminé qui entraîne.

29 Décembre 2015 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #criseelectorale centrafrique, #catherine samba panza, #presidente, #andre regnier, #2016

En période de crise politique, c’est celui qui est clair et déterminé qui entraîne.

FINALEMENT POUR NOUS ÉVITER TOUTE TRACASSERIE, NOUS NOUS VERRONS DANS L'OBLIGATION DE RECONDUIRE Mme CATHERINE SAMBA-PANZA AUX DESTINÉES DU CENTRAFRIQUE POUR BOUCLER SON QUINQUENNAT .... Pas d'éléction avant 2020

Le plus désolant est de voir tous ceux qui s’enferrent dans des stratégies locales. Le paradoxe, inquiétant, est que jusqu’ici, la crise, omniprésente dans les esprits, n’a pas tenu du tout la place qu’elle mérite au sein de la campagne. Il serait faux de dire qu’elle a été absente. Elle a cependant été constamment enjambée par certains candidats ou candidates, comme s’il était possible et même imaginable de la contourner. Elle a été sous-estimée, comme escamotée dans les débats, y compris par les candidats les plus sérieux. En revanche, entre les utopies et les controverses, il n’y a pas eu la place pour un véritable débat sur la crise et les moyens d’en sortir.
Il n’est jamais agréable pour des citoyens d’avoir le sentiment que les candidats qui se présentent à leurs suffrages jugent la situation trop grave pour l’exposer aux électeurs. Il faut au moins espérer vivement que la campagne de l’entre-deux-tours sera sur ce point plus franche, plus authentique, donc plus crédible et finalement plus démocratique.

http://snmbowebo.ning.com/profiles/blogs/revenu-minimum-de-survie-rms-centrafrique

Lire la suite

Let's stop anarchy and human rights violation in Central African Republic.

19 Décembre 2015 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #marie reine hassen, #presidentre, #centrafrique, #2016

 Let's stop anarchy and human rights violation in Central African Republic.
Texte de la Conférence de Londres.
  1. 1. LET’S STOP ANARCHY AND HUMAN RIGHTS VIOLATION IN CENTRAL AFRICAN REPUBLIC By Marie-Reine Hassen Former Government minister of the CAR (LONDON,September 2013) Ladies and gentlemen, I am a former diplomat and former Government minister of the Central African Republic. I was ambassador of my country to the Republic of Senegal, then deputy minister at the foreign affairs department in 2006 and deputy minister for the international cooperation department in 2008. This mineral-rich country is a former French colony. The people of the Central African Republic have suffered decades of violence and human rights abuse. Government forces, armed groups and criminal gangs have killed unarmed men, women and children, with total impunity. Women, little girls, old women and boys have been raped. Villagers fled their homes and live in the bush to avoid the attacks. They live like animals in the wilderness, without any access to food and water. People in this country die from injuries, hunger or sickness. Several armed groups have, in the past, been responsible of the same abuses. Those movements are all currently part of the Seleka coalition, which has launched its insurgency in early December 2012, starting from the north-east, committing horrific abuses all their way down to the Capital city, carrying out large scale attacks, profaning churches, beating and humiliating priests, raping nuns, deliberately killing scores of unarmed civilians, includind children, women and elderly people, looting, destroying numerous homes and villages. Human Rights Watch last report says that more than 1,000 homes have been destroyed. Public buildings, ministries, schools, hospitals and private homes were not spared. All humanitarian organizations working in the country were affected. The residences of UN agencies and international NGOs have been looted repeatedly in Bangui. The catalogue of violations and abuses is huge. It includes abductions for ransom, arbitrary arrests, enforced disappearances and torture. Up to today, human rights violations are being committed everyday all over the 86 regions of the country, and in the capital city Bangui. These uncontrolled armed groups recruit children into their ranks. According to a statement made by the head of UNICEF in Bangui, the Seleka rebel troups, and forces of the government have recruited about 2,500 children as child soldiers. Most of these children are aged between 3 and 18. The boys are forced into battlefields and carry out some of this carnage. They carry military equipment or act as messengers, while girls cook and are used as sex objects. While everybody is just watching, this country is rapidly falling apart. Public services no longer exist; the formal economy has collapsed; journalists live in fear; relations between 1
  2. 2. Christians and Muslims have turned violent; the country may be on the brink of a humanitarian crisis at a time when even aid workers are under threat. The situation is so bad that Genocide Watch has issued a Genocide Alert for the Central African Republic. (Genocide Watch’s Country Report of 2012). HUMAN RIGHTS VIOLATION & IMPUNITY Rebel groups and government forces have been committing crimes for decades knowing that they would never be prosecuted. The Seleka are now committing similar abuses with total impunity in Bangui and the provinces People who have been raped have no access to adequate health care because of the insecurity and also because there are no health services. Civilians who have been abused have nowhere to turn to: the state in CAR has collapsed. A lot of people are responsible for serious human rights violations committed during all the crisis, coups and rebellions. Most of these violations constitute war crimes. National and international justice has been incapable of charging and judging the authors of international crimes committed since the armed conflicts started in 2002, with the exception of Jean-Pierre Bemba, who is being tried before the International Criminal Court (ICC) as co- perpetrator of war crimes and crimes against humanity. In CAR impunity is the rule, and lots of amnesties usually reinforce this evident impunity. CHAOS AND ANARCHY There are at least 500 000 displaced people, and ongoing humanitarian crises in Chad, the Democratic Republic of the Congo and Sudan will only worsen as more Central African refugees flee the violence in their homeland. That last undemocratic coup has plunged the country into total chaos and anarchy. It was obviously unprepared. The Central African Republic's rebel leader-turned-self proclaimed president makes lots of promesses that he cannot respect. Seleka commanders are unable to maintain discipline within their own ranks. The Government has no control at all over the rebels. Seleka rebels even kill their own members. There is no real structure of command within the Seleka. There is no military hierarchy. High-ranking generals (who are not professional military at all) cannot maintain control over their troops. The authorities are not able to control the territory and ensure public order and security. I am extremely concerned by the situation in the Central African Republic. The ongoing violence against the population is unbearable and unacceptable. There is an urgent need to mobilise the international community, and draw the attention on the atrocities that are happening there. For the majority of most Central Africans, 2013 has been hell on earth. Civilians are always the main victims of those conflicts in Central African Republic, and the death toll in this country is extremely heavy. The situation is worse than it has ever been before. It’s even getting worse everyday. 2
  3. 3. THREAT TO BIOLOGICAL DIVERSITY We condemn the mass destruction of the world wildlife in this country, the mass killing of elephants, lions, and otherexotic animals with automatic guns. The current violence also threatens the CAR’s remarkable biological diversity and may even fuel global terrorism. Armed rebel groups are increasingly involved in the ivory trade in the CAR. As I said before, this also fuels further violence not only in the CAR but also elsewhere. It is reported that the Somali group al-Shabab receives up to half its operating funds from ivory sales. The radical armed group Boko Haram could occupy some CAR’s territory. The CAR’s forests also suffer from illegal logging. The south part of the country is covered by rainforest. Timber has always provided the largest source of revenue and jobs in the country. THREAT TO THE WORLD What’s happening in CAR poses a serious threat to the already fragile stability of the whole region. It not only threatens to spread chaos in the heart of the continent, but also puts the rest of the world at risk. The CAR is in the process of becoming a no-man's land in the heart of Africa. This country is becoming a haven for a range of militant jihadists and Islamist extremist groups, puting also Europe and the world to risk, because they are gaining greater power throughout the continent. The rebels have been getting CAR’s regular Passports, diplomatic Passports and IDs, traveling all over the world. These people are able to program and execute terrorist attacks anywhere in the world. The geopolitical ramifications of the CAR's anarchy have already extended beyond its borders. This country is becoming a magnet for extremists and for non-state actors, where porous borders and ungovernable terrain make it a hub for States in war and non-State actors. They exploit it for arms caches and natural resources for their respective interests. The CAR's diamonds are being funneled into the hands of Khartoum-backed Janjaweed militias in Darfur. That indicates that the CAR's chaos is already having significant implications beyond its borders. In sum, the CAR was a failed state, and remains a failed state, and the current environment gives little hope for a positive change in the near or even medium-term. THE WEST WOULD BE WELL ADVISED TO PUT THE CENTRAL AFRICAN REPUBLIC ON THE FRONT BURNER NOW, BEFORE IT IS TOO LATE. I’M HERE TODAY, because the situation has become totally unmanageable and because we need to get the international decision makers to implement the right solutions immediately. INTERNATIONAL REACTION So far, the main actors are adopting a wait-and-see attitude rather than actively engaging with the crisis. The United Nations Integrated Office for the Consolidation of Peace in the Central African Republic (BINUCA) has been active since 2010. But even though it has a Human Rights and Justice Unit and has a mandate to effectively monitor and report on past and 3
  4. 4. ongoing human rights abuses in the Central African Republic, it has a passive role despite it’s numerous staff. It does not systematically collect information on human rights abuses, and issues no regular public or internal UN reports on its activities. According to Human Rights Watch, the BONUCA human rights section also seems to do minimal, if any, substantive reporting to the Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR) in Geneva. (MINURCA). Reinforcing it is not gonna make it more efficient. The Economic Community of Central African States (ECCAS) has maintained a peacekeeping force since 2008. Were they capable of preventing this disaster ? The answer is no. France has had an almost continuous military presence in CAR since the country gained independence in 1960, and it deployed 400 soldiers at the start of the current crisis to secure the airport. But it said clearly that it’s not going to do what it did in Mali. What about the African Union ? The African Organisation created a mission to secure the country : the MISCA (International Mission for support to the CAR) So far, the MISCA has only 1.400 men, while it was supposed to have 3.600, and doesn’t have enough ressource to do it’s job .The AU force would not be large enough to deploy beyond key cities to rural areas where there is also great instability. Joseph Kony, the leader of the Lord’s Resistance Army, who’s been committing atrocities in eastern CAR since 2008, is under indictment by the International Criminal Court. The Ugandan army and American military advisors have tracked him, but so far the’ve been unsuccessfull) The CAR former authorities failed miserably to protect the civilian population. Now the whole territory and it’s civil population has an urgent need for protection. WHAT COULD BE DONE? WHICH SOLUTION? Negotiations were never the solution. None of the many peace agreements signed in the past with the rebel leaders has succeeded. No dialogue has ever brought any peace. Giving more support, ressources and power for the multinational African Union force that is deploying in the Central African Republic would be to no avail. A United Nations peacekeeping mission would be to no avail, cause there is no peace to keep yet. In order to end the anarchy and decades of human abuses that have been going on in CAR, emergency action should be taken to protect civilians and end impunity. On April 2013, I wrote an open letter to the presidents of the Central African countries to suggest an immediate and durable solution. Since then, I keep asking for those STEPS TO BE TAKEN: 1° A State member of the Security Council of the United Nations should urgently ask for a RESOLUTION allowing an international military cooperation to be deployed in CAR to protect civilians and the whole territory. The country needs an international force, a fighter 4
  5. 5. contingent of at least 7 000 gunmen, to disarm all the armed groups, to secure not only the capital but also the whole country. 2° It is absolutely necessary to find a political solution to bring peace into this country. The immediate organisation of a Sovereign National Conference is the only way we can put an end to that constant nightmare, globally and definitively. All social strata of the country should participate. The decisions taken during the conference will allow restore the authority of the State, peace and security. The international community, particularly the Peace and Security Council (PSC) of the African Union and the United Nations Security Council, should support that National Conference process to guarantee a lasting peace, which respects the civil, political, social and cultural rights of the population in the Central African Republic. 3° The National Conference should start immediately, to guarantee a transparent political transition, which will allow the establishment of a better governance of the country, particularly in the fight against impunity for the most serious crimes that remains one of the causes of instability in Central Africa. 4° A good political transition, a government led by people with expertise and skills, capable of restoring law and order, will prevent further fighting. Unless security conditions improve, it is doubtful that the state will be capable of managing elections so soon. The only way to get fair and free election is to have a good transition that will: • Reinstate institutions in the entire territory, including the police, the gendarmerie and the regular army; • Provide access to health and other services for victims of human rights violations. We need to pay special attention to the needs of women and girls who have survived sexual violence; • Reinstate a strong institution of Justice that will be able to carry out effective investigations and prosecutions, fight against impunity of the authors of serious crimes perpetrated in the CAR, as the absence of justice contributes to the repeated conflicts in this country over the last decades. • The United Nations Security Council should approve a resolution really aimed at stabilizing the Central African Republic. • All the international crimes perpetrated by either one or the other of the parties to the conflict must fall under the jurisdiction of the International Criminal Court, as in 2006 CAR's Court of Appeal recognized the inability of domestic courts to prosecute war criminals. It said that Justice could only come from the International Justice. 5
  6. 6. • Any amnesty should be excluded from any agreement. Accountability for the large-scale crimes committed in CAR for decades has to be an essential part of resolving definitely the problem of CAR. The victims of rebel and army atrocities deserve justice, and ending impunity by state security forces is an essential component of reducing, and maybe stopping, the cycle of violence in this country. • The Office of the Prosecutor of the ICC should publicly assert its authority over the current events, and continue its investigations in the Central African Republic in order to prosecute those at the highest level responsible for international crimes, which fall under its jurisdiction. • The Human Rights and Justice Unit of the United Nations Integrated Peacebuilding Office in the Central African Republic (BINUCA), has to effectively monitor and report on past and ongoing human rights abuses in the Central African Republic; In order to do that, the Peace Keeping Operation (PKO) must be backed by the UN’s political will to support it financially, with enough well-trained personnel, the PKO must have the material means to enforce it’s mandate, and of course there must be a peace to keep. • A monitoring mission should be deployed to the Central African Republic to document, investigate, and report on human rights violations committed since December 2012. This could be done by the Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR). The mission should include investigators that are trained to document sexual violence; • We need to investigate and prosecute all persons deemed responsible for the recent and past abuses, including Seleka members, in fair and credible trials. This is not going to happen now, because the Central African justice system is unable to carry out effective investigations and prosecutions. In CAR, government officials are more invested in promoting their own interests than good governance or human development. This undermines prospects for political unity and meaningful state building. Help us stop the atrocities and the massive violation of human rights committed on civilians in Central African Republic. Let’s stop the mass killings in Central African Republic (CAR) before it becomes a genocide. Venue: Howard De Walden Room, the Marylebone Hôtel, 47 Welbeck Street, London W1G 8DN. 6
  7. 7. • Any amnesty should be excluded from any agreement. Accountability for the large-scale crimes committed in CAR for decades has to be an essential part of resolving definitely the problem of CAR. The victims of rebel and army atrocities deserve justice, and ending impunity by state security forces is an essential component of reducing, and maybe stopping, the cycle of violence in this country. • The Office of the Prosecutor of the ICC should publicly assert its authority over the current events, and continue its investigations in the Central African Republic in order to prosecute those at the highest level responsible for international crimes, which fall under its jurisdiction. • The Human Rights and Justice Unit of the United Nations Integrated Peacebuilding Office in the Central African Republic (BINUCA), has to effectively monitor and report on past and ongoing human rights abuses in the Central African Republic; In order to do that, the Peace Keeping Operation (PKO) must be backed by the UN’s political will to support it financially, with enough well-trained personnel, the PKO must have the material means to enforce it’s mandate, and of course there must be a peace to keep. • A monitoring mission should be deployed to the Central African Republic to document, investigate, and report on human rights violations committed since December 2012. This could be done by the Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR). The mission should include investigators that are trained to document sexual violence; • We need to investigate and prosecute all persons deemed responsible for the recent and past abuses, including Seleka members, in fair and credible trials. This is not going to happen now, because the Central African justice system is unable to carry out effective investigations and prosecutions. In CAR, government officials are more invested in promoting their own interests than good governance or human development. This undermines prospects for political unity and meaningful state building. Help us stop the atrocities and the massive violation of human rights committed on civilians in Central African Republic. Let’s stop the mass killings in Central African Republic (CAR) before it becomes a genocide. Venue: Howard De Walden Room, the Marylebone Hôtel, 47 Welbeck Street, London W1G 8DN. 6
  8. http://fr.slideshare.net/MarieReineHassen2016
Lire la suite