Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - Centrafrique M.E.R.C.I
Articles récents

Reconstruire la justice en Centrafrique, la difficile mission de la Cour pénale spéciale

26 Juillet 2019 , Rédigé par Centrafrique-Presse.com

Cet article est reposté depuis centrafrique-presse.

Lire la suite

CENTRAFRIQUE: A QUOI SERT UN RÉSEAU SOCIAL ?

23 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

A QUOI SERT UN RÉSEAU SOCIAL ?
• Accélérer les mises en relation,
• Se faire connaître à un public plus large ou mieux ciblé,
• Mieux connaître ses interlocuteurs et leurs préoccupations,
• Renforcer sa prospection,
• Relancer des pistes non abouties,
• Se créer une image sur le Net à moindres frais,
• Participer à une démarche dynamique,
• Faire de la veille (concurrence, marché, métiers, fonctions),
• Créer une communauté autour de mêmes centres d’intérêts,
• Trouver des partenaires commerciaux,
• Trouver un emploi...

dabealvi.over-blog.com


L'internet est un moyen rapide de monter un réseau social !!!!
https://www.webtalk.co/o/r/6553224

Que l ’objectif d ’un réseau social soit :

- la communication avec ses connaissances,
- la rencontre de nouvelles personnes
- la construction de son réseau professionnel,

Les logiciels sociaux reposent tous sur le même fonctionnement simple :

On crée son profil (photo, infos personnelles ou professionnelles, centres d'intérêt)
et on invite ses amis et ses contacts à rejoindre le double virtuel.
Selon ce principe de chaîne, chaque contact qui accepte l'invitation accroît le réseau de nouveaux contacts. Les arrivants inscrivent également leurs contacts et ainsi de suite... jusqu'à ce que tout le monde soit relié.

A QUOI SERT UN RÉSEAU SOCIAL ?
Un outil de gestion de la relation client !

Les différents moyens de gérer et suivre une relation client :
– Visite régulière
– Contact téléphonique cyclique
– Courrier électronique
– Courrier mensuel
– Manifestation mensuelle ou trimestrielle
– Marketing
• eMarketing
• Viralité
– Vœux de fin d'année

PREMIERS PAS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
C'est très simple, il faut :
• s'inscrire,
• compléter son profil,
• consulter les autres membres en fonction de vos intérêts communs,
• établir un contact avec les autres membres.

DE LA BONNE UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX
• Pour inciter les autres membres à vous contacter, il est indispensable de
bien compléter votre profil : parcours, compétences, spécialités,recherches
• Il est conseillé de joindre une photo : les fiches avec une photo sont quatre fois plus consultées que les fiches qui en sont dépourvues.
• Si vous maîtrisez d'autres langues, précisez-le.
• N'hésitez pas à insérer des liens vers vos productions numériques :
blogs, articles, expertises, avis, ...
• Demandez à vos contacts de rédiger un témoignage sur votre profil.

DE LA BONNE UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

Identifier des contacts pertinents et les contacter :
• Les réseaux sociaux professionnels disposent de moteurs de recherche pour faciliter la recherche des membres proches de vos besoins ou centres d'intérêt professionnels.
• Trouver un membre qui vous intéresse
• Consulter son profil pour voir qui il est, d'où il vient, ce qu'il cherche, ce
qu'il peut vous apporter et ce que vous pouvez lui apporter
• Contacter la personne via la plateforme, pour échanger des informations, des astuces et pourquoi pas trouver un terrain d'entente pour vos affaires.
• Si une affaire s'engage, retrouver le schéma classique de la prise de contact :
téléphone, rendez-vous, conclusion de l'affaire.

Partage et confiance mutuelle :
La notion de partage est essentielle sur les réseaux sociaux professionnels.
Vous donnez pour recevoir, des recommandations, des conseils, des propositions.
Ces échanges favorisent la création d'un climat de confiance, qui facilitera ensuite la prise de contact et les négociations.

OBJECTIF DU SOCIAL NETWORKING
Entretien de l'image de marque
Créer, renforcer, modifier une image
Effectuer une entrée sur un marché auprès de la cible
Création de trafic / collecte de données
Susciter la curiosité
Utiliser les outils des internautes pour collecter des données
Vente
Entretenir/lancer le bouche à oreille (marketing viral)
Permettre à la communauté de donner son avis
Gestion de la relation client
Exposer des services de manière ludique
Entretenir une relation de proximité
Création d'une communauté de « fans » fédérateurs d'une marque par la création de groupe (centre d’intérêt)
Outil de proximité sociale (« mur » de commentaires)
Création de communauté par centre d'intérêt

 

Lire la suite

Ce que devrait faire le gouvernement Centrafricain: La construction d'une centrale solaire

21 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

 En finançant la construction de deux centrales solaires au Sénégal, Proparco, IFC et la BEI réitèrent leur engagement au service du développement durable sur le continent africain. Ces deux nouvelles centrales à grande échelle, les 7ème et 8ème au Sénégal, illustrent la forte dynamique engagée dans le pays vers une transition énergétique bas carbone.

Proparco, la Société Financière Internationale (IFC, Groupe de la Banque mondiale) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont accordé des prêts d’un montant total de 38 millions d’euros pour la construction et l’opération de 2 centrales solaires au Sénégal. Proparco, forte de l’expérience acquise dans le financement apporté en 2016 pour la construction des centrales solaires Senergy et Ten Merina au Sénégal, a coordonné les interventions d’IFC et de la BEI dans cette opération. IFC apporte une portion du financement grâce au programme de Finland-IFC Blended Finance for Climate.

Ces deux centrales, d’une capacité installée totale de 60MWac, seront construites dans les régions rurales de Kahone et de Kael au centre du Sénégal. Le financement est accordé aux sponsors Meridiam et Engie et au Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS).

« Grâce au volontarisme du gouvernement sénégalais, dont les intérêts dans les sociétés de projet sont portés par le FONSIS, à l’engagement des bailleurs de fonds comme Proparco et au savoir-faire des deux spécialistes français des énergies renouvelables que sont Meridiam et Engie, nous faisons de nouveau la preuve du grand potentiel de l’énergie solaire pour améliorer l’accès des Sénégalaises et Sénégalais à une énergie propre, renouvelable et moins chère. » a déclaré Gregory Clemente, Directeur général de Proparco.

Ces projets constituent les 2 premières réalisations au Sénégal du programme Scaling Solar du groupe de la Banque mondiale, dont l’objectif est de promouvoir les investissements dans les énergies solaires dans les marchés émergents. Ainsi, ces projets ont été attribués suite à un appel d’offres international pour lequel les équipes conseil d’IFC ont assisté le Gouvernement du Sénégal.

« Avec la signature de ce financement, le Sénégal démontre de nouveau que l’approche Scaling Solar permet d’obtenir des prix records en attirant des acteurs de premier plan au niveau mondial et en faisant jouer la concurrence. Nous nous réjouissons que de nombreux autres pays, en Afrique et au-delà, suivent cette voie et adoptent ce modèle pour accélérer le développement de l’énergie solaire » a déclaré Aliou Maiga, Directeur régional d’IFC pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement a ajouté : « La banque européenne d’investissement est le plus important bailleur public en termes d’action pour lutter contre le changement climatique. La BEI soutient l’internationalisation des énergies renouvelables et est heureuse de soutenir ce projet d’envergure mondiale au Sénégal avec Proparco et IFC. Les nouveaux investissements dans les énergies renouvelables sont la clé du développement économique et du progrès social en Afrique et par ce projet ambitieux, le Sénégal démontre les avantages d’un investissement dans les énergies propres et l’impact sur l’accès et le coût de l’électricité. »

Un nouvel exemple d’engagement pour un développement bas carbone du Sénégal

Les centrales solaires de Kahone et de Kael devraient permettre à près de 600 000 personnes de bénéficier d’un meilleur accès à une électricité de source renouvelable.

Ces deux projets permettront d’éviter l’émission de 2,2 millions de tonnes de CO2 sur la durée de vie des installations tout en produisant l’énergie la moins chère du pays. Ils contribuent donc ainsi à la stratégie bas carbone du pays ainsi qu’à l’objectif ambitieux du Sénégal d’accroître la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays.

Ils permettront également de créer ou de soutenir plus de 2 300 emplois locaux directs et indirects.

 

Lire la suite

Sur ce passage de l’évangile où il est rapporté que le Seigneur avec sept pains a nourri une foule qui le suivait depuis trois jours

19 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

1. « J'ai compassion de cette foule, car il y a déjà trois jours qu'ils sont avec moi, et ils n'ont rien à manger (Marc 8, 2). » Mes frères, l'Évangile a été mis par écrit pour être lu, et il n'est lu que pour que nous prenions occasion de ce que nous entendons, ou de nous consoler, ou de nous désoler. Les gens du monde trouvent une vaine consolation dans l'abondance des choses de la terre, et une désolation non moins vaine dans la privation de ces biens. Quant à l'Évangile, c'est un miroir de vérité qui ne flatte personne, et ne trompe personne. On se voit dans ce miroir-là tel qu'on est, et on n'y puise aucun motif de crainte, s'il n'y a pas de crainte à avoir, ni aucun sujet de se réjouir, si on a mal fait. Mais que dit l'Écriture : « Celui qui écoute la parole de Dieu sans la pratiquer est semblable à un homme qui, jetant les yeux sur un miroir, y voit son image naturelle et qui à peine l'y a vue, s'il s'en va, oublie aussitôt quel il s'est vu (Jc 1, 23 et 24).» O mes frères, je vous en conjure, qu'il n'en soit pas ainsi de nous, non, qu'il n'en soit pas ainsi; mais considérons-nous attentivement dans le passage de l'Évangile qui nous a été lu, et profitons-en pour nous corriger, si nous trouvons quelque chose qui doive l'être en nous. Voilà pourquoi le Prophète demande que ses voies soient réglées de telle sorte qu'il garde les justices du Seigneur (Ps 118, 5); « car, dit-il, je ne serai point confondu, si j'ai vos préceptes, Seigneur, constamment sous les yeux (Ps 118, 6). » Et moi, mes frères, bien loin d'être confondu, je me sens tout glorieux, parce que, vous aussi, vous avez suivi le Seigneur au désert, et vous êtes sortis, pleins de sécurité, hors du camp pour aller au devant de lui (He 13, 13). Mais j'ai peur qu'il n'y en ait parmi vous quelques-uns dont la sécurité soit ébranlée après ces trois jours d'attente, et ne prennent le parti de retourner, de. coeur au moins, et peut-être même de corps, dans l'Égypte de ce siècle pervers. Aussi est-ce avec raison que la divine Écriture nous dit et nous crie : «Attendez le Seigneur, conduisez-vous en homme de coeur, que votre coeur prenne une nouvelle force et soit ferme dans l'attente du Seigneur (Ps 26, 20). » Mais combien de temps encore me faudra-t-il attendre? Évidemment jusqu'à ce qu'il ait pitié devons, mon frère. Vous me demandez quand cela sera? Il vous répond lui-même : «Il y a déjà trois jours que ces hommes sont avec moi, et j'ai pitié d'eux. »


2. Il faut donc que vous marchiez trois jours entiers dans le désert, si vous voulez offrir un sacrifice agréable à votre Dieu; et il faut que vous suiviez Jésus, le Sauveur, aussi pendant trois jours, si vous voulez vous rassasier avec les pains du miracle. Le premier jour est un jour de crainte, un jour qui porte la lumière dans vos ténèbres et les dissipe, je veux parler des ténèbres de l'âme, un jour, dis-je, qui fasse luire à vos yeux les horribles supplices de,la géhenne, où règnent les ténèbres extérieures. D'ailleurs, vous le savez, c'est ordinairement par ces sortes de pensées que commence notre conversion. Le second jour est celui de la piété, par ce que nous respirons à la lumière des miséricordes de Dieu. Le troisième jour est le jour de la raison, le jour où la vérité se montre à nous, de telle sorte que la créature se soumet à son créateur, le serviteur à son rédempteur, sans difficulté aucune, et comme pour acquitter une dette. Quand nous en sommes arrivés là, on nous ordonne de nous asseoir pour régler la charité dans nos âmes; après cela, le Seigneur ouvre sa main libérale et remplit tous les êtres vivants des effets de sa bonté (Ps 144, 16). Mais comme c'est aux apôtres qu'il est dit : « Faites-les asseoir, » aux apôtres, dis-je, dont malgré notre indignité, nous sommes les humbles vicaires, nous vous disons aussi de vous asseoir, mes bien-aimés frères, afin de manger le pain de la bénédiction pour ne point tomber en défaillance le long de la route, et n'être point contraints, par une malheureuse nécessité., à redescendre aussi en Égypte, où vous attendent les risées de ceux qui ne vous ont pas accompagnés dans le désert à la suite du Sauveur. Ce n'est pas qu'ils ne soient eux-mêmes bien malheureux de n'être pas sortis en même temps que vous; mais les plus à plaindre de tous les hommes, ce sont certainement ceux qui sont partis au désert avec les autres, mais n'y ont pas pris part à la réfection des autres.


3. Or si, pendant que le reste de la troupe était assis, il s'en trouva de cachés derrière les buissons ou dans quelque recoin, il est certain qu'ils sont demeures le ventre vide et affamé. Ainsi, en est-il de ceux qui, poussés par un esprit de légèreté et de curiosité, errent de côté et d'autre, sans s'asseoir nulle part un instant, ou, s'ils s'assoient, ne se placent ni au rang ni dans le nombre des autres. J'engage donc votre charité et je la presse avec toute la sollicitude d'un pasteur de vos âmes, à ne point aimer les angles, à ne point rechercher les ténèbres, à ne point affectionner les recoins ; car « il n'y a que celui qui fait le mal qui hait la lumière et fuit, de peur d'être convaincu du mal qu'il fait. (Jn 3, 20). » Qu'il ne s'en trouve pas non plus parmi vous qui se laissent emporter à tout veut de doctrine, de ces esprits inconstants et inquiets, sans solidité, sans gravité, et semblables à la poussière du chemin que le vent emporte. Que dirai-je de ceux dont la main est levée contre tout le monde, et contre qui, par conséquent, tout le monde lève aussi la main ? Ce sont des hommes qui se mettent eux-mêmes en dehors des autres hommes, des hommes charnels, non point spirituels; car il n'est personne qui parle sous l'inspiration de Dieu et qui dise anathème à Jésus (1 Co 12, 3). Ces gens-là sont la peste la plus cruelle des pestes, car, par leur obstination, bien qu'ils soient seuls, ils jettent le trouble partout, ils sont à eux seuls un véritable foyer de désordres, une source de scandales. D'ailleurs, entendez le Prophète vous dire, en parlant de la vigne du Seigneur : « Le cruel solitaire l'a ravagée (Ps 79, 14). » C'est pour ces gens-là que je vous prie et vous supplie, mes frères, de mettre de côté toute espèce de dissimulation, voilà les recoins de la volonté que je vous engage à fuir. Gardez-vous bien de cet esprit d'inquiétude et de légèreté, à moins, ce qu'à Dieu ne plaise, que vous ne vouliez priver vos âmes de se nourrir du pain de la bénédiction

4. Mais je ne veux pas vous faire attendre d'avantage, et je vais vous dire quels sont les sept pains qui doivent vous donner des forces. Le premier, c'est le pain de la parole de Dieu qui est la vie de l'homme, ainsi qu'il l'atteste lui-même (Luc 4, 4). Le second est celui de l'obéissance, c'est encore Jésus qui nous l'assure en disant : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé (Jn I4, 34). » Le troisième pain, est la sainte méditation, car c'est d'elle qu'il est écrit : «La sainte méditation te conservera; » et qu'il semble qu'on doit entendre ce que l'auteur sacré appelle un pain de vie et d'intelligence (Si 15, 3). Le quatrième pain, c'est le don des larmes unies à la piété. Le cinquième, c'est le travail de la pénitence. Il ne faut pas vous étonner si je donne ce nom de pain au travail et aux larmes, car vous n'avez point oublié, je pense, que le Prophète a dit : « Seigneur, vous nous nourrissez d'un pain de larmes (Ps 79, 6) » et ailleurs : « Vous mangerez les travaux de vos mains, car alors vous serez heureux, et tout vous réussira (Ps 77, 2). » Le sixième pain est la douce union qui fait de nous un seul corps; c'est, en effet, un pain fait de grains nombreux, et dont la grâce de Dieu a été le levain. Quant au septième pain, c'est le pain Eucharistique, car le Seigneur a dit: « Le pain que je vous donnerai, c'est ma propre chair que je dois livrer pour la vie du monde (Jn 6, 52). 

Lire la suite

FORUM DÉMOCRATIQUE CENTRAFRICAIN

14 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

Les analyses de la rédaction :

Centrafrique : le président Touadera en ligne de mire

En Centrafrique, il semblerait que l’Occident ait mis les bouchés doubles, suite à la visite de Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente (sortante) de la Commission européenne qui s’est rendue dans la ville de Bouar avec le président de la République Faustin Archange Touadera pour le lancement des projets européens d’appui à la restauration de l’autorité de l’État.

Avec la rénovation du camp Leclerc et la construction d’armureries, le lancement de formations de l’armée en province par l’EUTM (Mission de formation de l’Union européenne) fait partie des projets européens. 500 nouvelles recrues FACA seront formées par l’EUTM en province. Et maintenant, RFI a aussi sorti un article des plus surprenants. Toujours à Bangui, le secrétaire général du parti de François Bozizé, le Kwa Na Kwa (KNK), annonce le retour de l’ancien président à Bangui dans les semaines à venir.

Une annonce faite alors qu’il ne reste que six mois à l’ancien chef d’État pour rentrer au pays s’il souhaite pouvoir être candidat à la présidentielle, dont le premier tour est prévu le 27 décembre 2020.

Mais le retour de l’ancien président s’annonce ardu. Dépossédé de son passeport centrafricain et sous ­sanctions des Nations unies, François Bozizé n’est aujourd’hui pas réellement en mesure de­ rentrer sur le territoire Centrafricain. Une clause de l’accord de paix signé le 6 février dernier prévoit effectivement un statut spécial pour les anciens présidents. L’accord sollicite le vote d’une loi à ce sujet, mais rien pour l’instant n’a filtré sur les possibles clauses de ce statut.

Mais l’intérêt de RFI a attiré notre attention et montre une volonté de contrer le président Touadéra. Il semblerait que l’Occident préparerait de nouveau des instabilités en Centrafrique. Car les informations ne s’arrêtent pas à cela.

Deux importants groupes armés ­rebelles centrafricains seraient en phase de conclure leur entente pour la création d’une nouvelle coalition rebelle sur le territoire centrafricain.

Une nouvelle coalition serait en vue. Après la coalition des ex-Seleka au PRNC, c’est maintenant le tour des chefs rebelles Mohamed Dhaffane de la Seleka rénovée pour la paix et justice (SRPJ) et Abdoulaye Miskine du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) de se coaliser en vue d’une nouvelle offensive contre le président centrafricain Faustin Archange Touadera qu’il considère désormais comme leur principal adversaire politique.

Il faut noter au passage que la SRPJ et le FDPC faisaient partie des 14 groupes armés rebelles signataires de l’accord de paix avec le gouvernement centrafricain signé dans la capitale centrafricaine, Bangui, le 6 février dernier. ­­­­­­­­

La France, qui met la pression en vue de la mise en place du DDR qui semble être plus lent au goût de l’Occident, le désarmement de ces groupes, surtout des FDPC et des ex-Seleka qui semblent rouler pour le gouvernement de Touadera. D’où l’ire des Occidentaux et la volonté de la France de mettre les bouchées doubles. Ce qui fâche surtout l’Occident, mais c’est surtout le fait que le gouvernement centrafricain prendra les choses en main et que l’armée du pays sera unie et sur pied afin de veiller à la sécurité du pays. Ce que la France voulait à tout prix éviter. Et pour s’ingérer dans les FACA, la France a pris la tête de l’EUTM, l’organisme européen de formation des FACA et de conseil en matière de défense et de sécurité aux autorités. Ce qui permet à Paris de s’occuper de la formation de 500 militaires centrafricains.

Les médias occidentaux continuent de dénigrer l’accord de paix signé par le président Touadera, pour mettre plus facilement en place sa stratégie de contrôle et de déstabilisation, pour s’imposer face à l’influence russe en RCA. La population centrafricaine, quant à elle, ne veut plus voir les soldats français ou de l’ONU se multiplier, se comporter comme en territoire conquis et patrouiller dans le pays. Car les Centrafricains sont formels, ce sont des troupes d’occupation et ce sont elles qui apportent le chaos et l’insécurité dans le pays
http://dabealvi.wordpress.com

Lire la suite

Electricité: le soleil (photovoltaïque) à la rescousse du Centrafrique

10 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #centarfrique

 
ELECTRICITÉ ET EAU FACTEUR D'UNITÉ ET DE PAIX POUR LE CENTRAFRIQUE
En France, l’ancien ministre Jean-Louis Borloo a présenté ce mardi 3 mars à Paris sa fondation pour l’énergie en Afrique dont l’ambition est d’électrifier le continent d’ici à 2025. A ce jour, 600 millions d'Africains, soit deux tiers de la population du continent, vivent sans électricité.
Selon Jean-Louis Borloo, il faut investir 200 milliards d'euros sur les dix prochaines années pour atteindre cet objectif d'électrifier le continent d'ici à 2025. L'ancien ministre - qui s'est retiré de la vie politique il y a presque un an - propose donc de mobiliser 50 milliards d'aide internationale, et notamment les fonds déjà promis en 2009 à Copenhague. Ensuite, selon lui, les investisseurs privés suivront.
Cette aide internationale sera alors mise à disposition d'une Agence africaine de l'électrification, avec un directeur africain et des experts qui décideront de financer tel ou tel projet local, national ou régional, sans poser des conditions de démocratie ou de respect des droits de l'homme.
Cette agence est encore à créer et Jean-Louis Borloo poursuit son travail de mobilisation. Ces derniers mois, il a déjà rencontré 33 chefs d'Etat africains et son rêve est que cette agence soit mise sur pied avant fin juin. Ainsi, le travail pourrait commencer avant la Conférence de Paris sur le climat, en décembre. Le chef de l’Etat français François Hollande a lui-même fait une visite surprise pour apporter et affirmer « l’appui de la France » à ce projet.
wrap; direction: ltr; text-align: left; font-family: inherit;">Jean-Louis Borloo a aussi rappelé que l'électrification de l'Afrique était aussi pour la France et l'Europe de nouveaux marchés en perspective. « Pourquoi est-ce que ce continent (africain) est à 25 % d’accès à l’énergie alors que le standard mondial est à 92 % ? L’électricité, cela demande un effort gratuit public de démarrage. On n’a pas fait les centrales uniquement avec les prêts du marché ; ce sont des biens publics. Alors, ces Etats jeunes n’ont pas les financements pour cela et nous sommes dans quelque chose de paradoxal, c’est que les énergies, éternelles si j’ose dire, à savoir le vent, le soleil, l’hydroélectricité, sont partout en Afrique, différemment selon les endroits, les moins chères à produire au monde », a déclaré Jean-Louis Borloo
« Nous savons, nous pouvons permettre à l’Afrique d’avoir une énergie partout, c'est-à-dire des programmes de villages, des programmes par projet, par hôpital, par écoles… Et ce sont eux qui le disent. Ils ont besoin d’un outil spécialisé, une agence spécialisée, non pas tutelle de l’Afrique mais à la disposition des Etats, des villes, des projets et des organisations régionales », a ajouté Jean-Louis Borloo.
Lire la suite

Le Botswana en flow motion

6 Juillet 2019 , Rédigé par vincent

Cet article est reposté depuis vincentdidier.

Lire la suite

CENTRAFRIQUE: Nous savons tous que nous sommes pécheurs. Personne ne le niera, en général.

5 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

L’évangile de ce matin nous concerne ! L’événement se situe tout au début du ministère de Jésus en Galilée, au bord du Lac de Génésareth. Après son baptême et les tentations dans le désert de Judée, Jésus s’était rendu d’abord dans son village natal, Nazareth. Il y avait proclamé clairement qu’il était venu pour les pauvres, les prisonniers, les aveugles et les opprimés ; pour guérir, libérer et consoler. À Capharnaüm il opère ensuite des guérisons, dans une synagogue et dans la maison de Simon-Pierre. Les gens sont impressionnés par la force de sa parole. Jésus ne parlait pas comme nous, mais avec autorité et puissance. Sa parole venait, en quelque sorte, « d’ailleurs ». Elle ne tombait pas dans le vide, mais elle agissait sur les corps et dans les cœurs. Elle était, nous dit saint Luc, « la parole de Dieu » (Lc 5,1), une parole « qui parle, et cela est », comme celle du Créateur.

Ce matin nous retrouvons Jésus pour la première fois en plein air. Beaucoup de gens sont venus pour l’écouter, ils le pressent au bord du Lac. Jésus monte dans la barque de Simon-Pierre, à quelque distance du rivage, pour leur parler. Et quand il a fini, il dit à Pierre ces mots inattendus, mais qui nous concernent tous : « Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche ». Pierre a travaillé toute la nuit pour rien. Il vient de laver ses filets et a attendu, sans doute, la fin du discours de Jésus pour aller se reposer. Et voilà un ordre bien déraisonnable, insensé : car on pêche la nuit et non en plein jour. Jésus vient d’un village loin du Lac et n’y connaît rien ! 

Mais Pierre a aussi compris la force de la parole de Jésus, et il dit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre, mais sur ta parole, je vais lâcher les filets ». Il fait confiance.

Le résultat est au-delà de toute attente, aussi inattendu que l’ordre semblait insensé. Les filets des hommes se déchirent. On remplit deux bateaux jusqu’au bord. Pierre est bouleversé : ici, c’est Dieu qui est à l’œuvre, il n’y a pas d’autre explication. Pierre tombe à genoux devant Jésus et dit : « Seigneur, sors d’auprès de moi, parce que je suis un homme pécheur ! ».

Nous savons tous que nous sommes pécheurs. Personne ne le niera, en général. Mais il y a des moments dans la vie où nous le sentons plus particulièrement, où cela nous bouleverse. Et plus Dieu agit en nous et se manifeste à nos yeux, plus nous le sentons, plus cela nous bouleverse. C’est souvent aussi un moment de conversion, de changement radical, d’une illumination : tout d’un coup nous comprenons ce que Dieu veut de nous. Jésus n’a pas essayé de convaincre Pierre par des arguments, il ne lui a pas expliqué pourquoi il fallait retourner à la pêche. Pierre ne l’aurait pas cru.

Pour se révéler à nous et nous appeler à sa mission, Dieu n’essaie pas d’éblouir directement notre intelligence. Il brise d’abord notre cœur. L’intelligence suivra ensuite, peut-être, et en quelque sorte de loin…  Comme le disait un auteur spirituel contemporain, à la suite de saint Benoît : « La première lueur que nous apercevons de Dieu est, très paradoxalement, les ténèbres de notre misère. Et le premier degré que nous montons vers la connaissance de Dieu est celui que nous descendons vers l’abîme de notre péché. Il n’y a pas d’autre chemin » (D. André Louf, Seul l’amour suffirait, 1982, p. 121.).

Pierre veut que Jésus s’éloigne de lui, or c’est juste le contraire qui arrive : Jésus l’appelle à une grande mission, une mission au-delà de ses capacités humaines, une mission dont cette pêche d’aujourd’hui n’est que le symbole, un acte prophétique.

C’est cela le mystère de notre réussite, de notre réussite « selon Dieu » : nous devons d’abord avoir fait l’expérience de notre échec. Nous devons avoir peiné, comme Pierre, toute la nuit « pour rien », sans résultat, laver nos filets déchirés « pour rien ». Ensuite nous pouvons faire confiance à Dieu, car nous n’avons plus rien à perdre. Nous ne pouvons plus qu’agir « sur saparole », c’est à dire : par sa force, par sa puissance, et non par la nôtre. Et quand Dieu se manifeste ainsi en nous et par nous, nous pouvons nous reconnaître pécheur, « vraiment pécheur », c’est à dire : reconnaître d’avoir besoin de son salut.

Pierre, le prince des apôtres, a été appelé parce qu’il était pécheur, parce qu’il se savait pécheur. Pécheur, il l’est resté jusqu’à la fin de l’évangile, jusqu’à son triple reniement au moment de la Passion (« Je ne connais pas cet homme »), et jusqu’à sa triple déclaration d’amour après Pâques (« Seigneur, tu sais que je t’aime »). Mais c’est pour cela que Jésus lui a demandé aussi de paître ses brebis. Jésus n’est pas venu pour les justes, mais pour les pécheurs. Il a besoin de nous, pécheurs, pour nous sauver, il a besoin de nous pour nous donner la vie. Sans nous il ne peut rien pour nous, comme nous, sans Lui, nous ne pouvons rien. Chacun de nous peut donc répéter avec le psalmiste : « J’étais faible (humilié), et tu m’as sauvé » (psaume 114,6). Dire ces paroles, au moment de nous approcher de Lui dans la communion eucharistique, c’est déjà le recevoir dans notre cœur. C’est le recevoir, Lui notre sauveur. Car c’est Lui qui nous sauve, c’est Lui qui nous donne la vie, au-delà de nos forces, au-delà de nos attentes.

Jésus tous les jours nous demande:« Montrez-moi ce que vous avez dans vos filets… » Cette semaine, Jésus invite nous invite à ouvrir nos filets, et à lui montrer combien de poissons nous avons pris. Jésus demande d’ouvrir les filets pour lui montrer ce que nous  avons, dans ce temps de sécheresse spirituelle 

En effet, nous sommes après Pâques, le Christ est ressuscité, la création transfigurée, le monde sera jamais plus le même, mais pour autant les disciples ont repris leur petit train de vie quotidien, ils ont repris la pêche, oubliant que Jésus leur avaient dit: je vous feraient  pêcheur d’hommes. les apôtres sont là à faire des parties de pêche au lieu d’annoncer l’Évangile, en plus sans rien prendre. Quand quelqu’un vient les voir pour leur donnant des conseils de pêche et que ça marche, ça fait tilt dans la tête de Saint-Pierre. Il se rhabille et découvre son Seigneur en train de cuisiner du pain et du poisson, ce poisson dont on ne sait pas d’où il vient. Et alors même que Pierre a dit : « c’est le Seigneur ! », il y a cette phrase magnifique : « aucun des disciples n’osait lui demander : "qui es-tu ?" Ils savaient que c’était le Seigneur. »

 

Nous voilà donc ce matin en train méditer un récit d’Évangile très particulier. Il y a certes un miracle de la pêche surabondante, il y a aussi, comme dans les récits de la multiplication des pains, cette attitude de Jésus qui s’approche, prend le pain, et leur donne, ainsi que le poisson.  Mais voilà, sous des apparences de petit barbecue au bord du lac avec Jésus le ressuscité, Dieu veut nous dire bien plus que cela. Il ne s’agit pas que d’une petite partie de campagne. Ce texte nous redit, avec la force d’un récit en apparence très poétique, que le grand mystère de la foi, c’est que Dieu s’approche qu’il donne à manger, tous les jours dans l'Eucharistie Dieu se donne et cette nourriture divine nous  mets en communion avec notre Seigneur et avec nos frères. 

Depuis toute éternité, le Seigneur veut vivre avec les hommes.  Voilà pourquoi nous devons nous laisser inviter à la table du Seigneur. Notre vie, c’est la vie avec le Christ. c’est accueillir ce Dieu qui veut être à notre table, où nous déposons le peu de nos vies, et où nous lui demandons qu’il vienne y mettre tout son esprit, afin que nos vies ne soient plus à nous mais qu’elles soient à lui et en lui.

 

Alors bien sûr, cela ne nous dérange et nous perturbe de devoir sortir ce qui vient au fond de nous… comme Simon Pierre qui était dérangé par les interpellations de Jésus. Car à la question« M’aimes-tu ? »,  il lui faut répondre : Seigneur j’ai une faiblesse au fond du cœur, et cette faiblesse ça a été de te trahir par trois fois.

 

Déposer au pied du Seigneur ce qu’il y a au fond de notre cœur, cela nous rappelle nos confessions, qui sont si difficiles à vivre pour nous parce qu’il y a encore cette honte trop humaine, de se dire que ce qu’il y a au fond du cœur est appelé à y rester, surtout lorsque c’est noir et que ça pue. Jésus ressuscité vient dire tout autre chose à Pierre, et à nous aussi il nous dit :« tu as péché ? Tu as peu de foi ? Peu d’amour au fond du cœur ?... Peu importe, moi je tiens à toi, moi j’ai une mission pour toi, moi je viens chercher ce qu’il y a au fond de ton cœur… et il y en a du lumineux, il y en a dû lumineux dans ta vie, toutes ces perles d’amour que tu as enfilé au fil des jours, par de petites actions ou de grandes choses, cela peut sembler peu de choses, mais ça et tout le reste je les aime. »

 

Dieu dans son Amour pour nous, nous laisse le Sacrement de pénitence, la confession, mais plus largement dans toute notre vie, ce que le Christ nous demande d’exprimer, cela n’a rien à voir avec ce déballage médiatique, obscène et populiste. Jésus face à Pierre, il l’interpelle certes sur ce qui est doux douloureux dans sa vie, mais il ne le laisse pas là, il le recouvre de sa miséricorde et lui dit « suis moi ».

 

Suivre le Christ, nous le savons, ce n’est pas aisé, cela implique de passer sur l’autre rive, cela implique l’humilité d’accepter l’invitation à un repas préparée par le Seigneur, cela implique de recevoir la lumière de Pâques comme une lumière de pardon et de résurrection, cela implique de dire à Jésus : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dit seulement une parole et je serai guéri ».

 

En cette eucharistie, ces noces de l’Agneau, en ce repas où le Christ ressuscité livre sa vie et donne sa vie pour nous, ouvrons notre esprit, notre cœur, et tout notre corps à ce Dieu qui veut vivre avec nous et en nous. Accueillons sa lumière, cette flamme de Pâques aux côtés de laquelle nos petites misères sont transfigurées. Le Seigneur nous dit : « vient» Répondons avec confiance à cette invitation en redisant notre faible foi, notre Amen, à ce Dieu qui est, qui était et qui vient.

Amen.

Lire la suite

Top 10 des centrafricains qui méritent que les centrafricains s’intéressent un instant à eux

5 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

 

Par les temps qui courent il n’est guère facile de sortir du lot, certains compatriotes jouent des coudes pour y arriver d’une manière ou d’une autre. Je vous propose de nous intéresser un instant à ces centrafricains car leurs agissements pourraient avoir un impact sur nous et sur le pays.

N°1 : Le Prince Magloire Lamine, la blague centrafricaine du siècle ? On le savait déjà que des usurpateurs, des arnaqueurs et autres faussaires du même acabit fourmillent comme des champignons sur la toile mais l’affaire de la « famille Lamine » si elle est vraie serait digne d’un scénario hollywoodien dont personne n’aurait donné un centrafricain pour auteur instigateur.

Magloire 2016, j’ai découvert ce profile facebook il y’a quelques mois à l’arrière. Un centrafricain qui veut briguer la magistrature suprême de l’Etat en 2016 quoi de plus normal ? Ensuite j’ai su que ce centrafricain possède un journal en ligne appelé LNC la Nouvelle Centrafrique. Il existe également le groupe LNC sur facebook, où les filles métisses du Prince Magloire Lamine, lui-même avec le soutien de quelques fanatiques passent le clair de leur temps à faire étalage de leur vie privée, à s’auto-congratuler, à crier urbi et orbi que LNC est la meilleure et que le reste de la presse centrafricaine est nulle de chez nul . Ceux qui vont sur ce groupe connaissent ces refrains : LNC est meilleure qu’AFP, LNC paie mieux ses journalistes , les centrafricains sont méchants de ne pas le reconnaitre.

Je me disais déjà qu’il y’a un problème avec cette famille qui ne manque pas une occasion de se clasher en public ou d’insulter ceux qui ne pensent pas comme elle. Puis il y’a eu depuis quelques semaines cet article écrit par un certain Alain Mégba qui démontre que presque tous les membres de la famille du Prince Magloire Lamine du moins les profiles facebook que nous croyons appartenir aux membres de cette famille sont crées avec des photos volées ça et là sur le net, la plupart sur des sites à caractères pornographiques. Des profiles fakes ? Je clique sur les liens et tombe sur la Rédactrice en Chef de LNC nue entrain de… J’ai retenu mon souffle attendant avec impatience un démentie de la part de LNC. Ce dernier arrive mais pas convaincant, se contentant de traiter encore les centrafricains de méchants ingrats qui leur cherchent des poux dans la tête, que la rédactrice en Chef a fait une erreur en utilisant des photos qui ne sont pas d’elle sauf qu’elle n’a de compte à rendre à personne…Cependant la Directrice de LNC, la fille héritière du Prince Magloire Lamine aussi a son double sur le net. En somme hormis la Rédactrice en Chef de LNC, les 53 autres avatars utilisés par l’équipe du Prince Magloire Lamine pour créer des comptes facebook sont restés sans explications. Les filles de Magloire existent-elles ? Parce qu’elles interviewent des personnalités politiques centrafricaines, des « amis de papa » disait la Directrice qui n’a pas encore prouvé que cette métisse lui a volé ses photos pour mettre sur un blog…Qui se cachent derrière ces profiles fakes ? Pour quels objectifs ? Les centrafricains devraient peut-être s’intéresser mieux au cas Lamine 2016 et à ses superbes brunettes de filles qui n’existent peut-être pas en vrai vu qu’elles utilisent des photos provenant de sites de rencontres etc.

N° 2- François Bozize Yangouvonda : On a pensé que ça lui a passé, Que nenni ! C’est mal connaitre le bonhomme. Comme Iznogoud c’est calife à la place du calife ou rien d’autre. Bozize a toujours voulu devenir President par tous les moyens : Coup d’État échoué contre Kolingba, puis contre Patasse le 25 Octobre 2002 après avoir lamentablement échoué aux élections présidentielles de 1993 avec moins de 5% des voix. Il a finalement pu réaliser son rêve de devenir President à la faveur d’un coup d’État le 15 Mars 2003. Dix ans après il repart en exil comme Patassé qu’il a chassé par les armes. Bozize déclare sans ambages sur RFI qu’il veut reprendre le pouvoir soit par la voie politique ou par une autre voie. Le militaire le plus haut gradé de Centrafrique qui accuse aujourd’hui le Tchad de faire la loi en Centrafrique, il oublie que c’est lui qui a amené les Tchadiens en RCA pour l’aider à devenir President par à un coup d’état, que sa garde prétorienne était constituée de Tchadiens et qu’il fermait les yeux sur leurs exactions tant qu’ils protégeaient son fauteuil. Il a bouffé les 8 milliards du DDR( Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) sans désarmer les factions rebelles. En dix ans il s’est évertué à affaiblir l’armée en créant une classe bourgeoise au sein de celle-ci. Qui n’a pas souvenir des riches Lieutenants de Bozize qui passaient leur temps à courir les jupons et taper sur les civils à Bangui au-lieu de défendre le territoire national? Et s’il avait attrapé l’ultime perche qu’on lui a tendu en respectant à la lettre les accords de Libreville au-lieu d’écouter ses griots à qui il remettaient des millions pour mobiliser les jeunes au stade, organiser des marches de soutien, ériger des barrières dans la ville de Bangui et lui faire croire que les centrafricains pouvaient mourir pour lui, on n’en serait pas là.

N°3 : Steve Yambété, le Coordonnateur de COAC Coalition pour les Actions Citoyennes, le responsable premier des barrières dans la ville de Bangui du temps de Bozize. Il a automatiquement mit sur son mur facebook l’interview que Bozize a accordé à RFI pour appeler une énième fois les jeunes centrafricains à prendre leur responsabilités. Steve Yambeté devrait savoir que c’était le rôle des lieutenants de Bozize dont il fait partie et qui passaient leur temps à rouler des voitures de luxe, à courir les filles, et passer à tabac les civils au lieu de défendre le pays. Steve Yambeté devrait laisser la jeunesse tranquille parce que lui et toute la bande à Bozize ont fui avec des milliards volé au pays mais c’est cette jeunesse qui meurt à petit feu à cause de leur gestion chaotique. Lui dépend d’un régime, celui de Bozize sans lequel il ne serait rien, cette jeunesse a besoin d’instructions mais pas qu’on la manipule à s’attaquer à des ambassades de pays amis, à marcher pour soutenir un régime qui se contrebalance royalement de son avenir . Steve Yambete comme les autres nostalgiques de Bozize espère un retour de ce dernier pour recommencer à vivre comme des petits rois au grand dam de la population qui tire le diable par la queue.

N°4 : Michel Djotodja Amnon Droko: les similitudes l’emportent sur les dissemblances entre ce dernier et son prédécesseur. Djotodja dans sa première adresse à la nation en tant que nouvel homme fort de Centrafrique reprochait à Bozize d’avoir toute sa famille aux affaires. Pour faire mieux que Bozize, Djotodja donne à manger à tout le monde et n’oublie pas sa famille : Il nomme son cadet Ministre d’état, la mère de ses enfants Prefet, sans compter ses parents Directeurs et Chefs de services…Djotodja estime que les Centrafricains sont ingrats en demandant le départ des troupes tchadiennes de la FOMAC qui agissent comme des éléments de la Seleka, Bozize estimait que y’a des centrafricains qui se croyaient plus centrafricains que d’autres en dénonçant des exactions commis par les Tchadiens qui protégeaient son pouvoir. En 5 mois il a fait pire que Bozize, il n’arrive pas à contrôler ses chiens méchants qui mordent tout le monde sur leur passage. Les enlèvements, assassinats, les vols, viols, braquages continuent à Bangui tandis que dans l’arrière pays il n’y’a tout simplement pas d’État…

N°5 : Josué Binoua : Ce Pasteur qui voulait devenir President en comptant sur l’électorat chrétien qui constitue plus de 80% de la population centrafricaine est finalement devenu Ministre de Bozize et l’un des plus fidèles. C’est lui qui martelait à l’époque que la rébellion seleka est constituée d’étrangers qui voulaient annexer notre pays aujourd’hui il retourne sa veste et mange tranquillement avec les responsables de la seleka, sa sortie sur RFI a laissé plus d’un centrafricain bouche bée. Au moins lui ne crache pas dans la soupe.

N°6 : L’Archevêque Dieudonné Nzapalainga, je ne suis pas catholique mais s’il n’existait pas je l’aurais inventé cet homme de Dieu. Un leader comme en ont besoin les centrafricains dans ces moments difficiles, le seul qui crie haut et fort : Je ne peux pas me taire tant que des centrafricains sont tués. La population aurait voulu avoir une centaine de Nzapalainga, des leaders politiques, ecclésiastiques, administratifs qui ne restent pas insensibles à leurs malheurs.

N°7 : Martin Ziguélé…Où est ce qu’il est celui-là ? Heu…peut-être trop occupé avec les socialistes en France ? Monsieur se voit déjà Président en 2016 donc il joue la carte du politiquement correct. En plus y’a des responsables de son parti politique dans le gouvernement et c’est bien connu les politiciens centrafricains ne gueulent que quand ils n’ont pas leur part du gateau ou quand il s’agit d’élections…FARE (Front pour l’Annulation de Elections de 2011), UFVN (Union des Forces Vives de la Nation) CFD( Coalition des Forces Démocratiques) etc. Donc tout cela a toujours été une question d’intérêts égoïstes ? Pas de coalition de l’opposition démocratique pour dénoncer et mettre fin aux exactions perpétrées sur le peuple centrafricain ? Se foutent-ils à ce point de leurs électeurs, surtout ceux de l’arrière pays ?

N°8 : Henry POUZERE ? « silence » pas vu, pas entendu ces derniers temps

N°9 : Joseph Bendounga ?…Quelques sorties médiatiques pour parler de…. son département d’élevage lol !

N°10 : ARC : L’armée Républicaine de Centrafrique. Si vous ne me connaissez pas encore, je suis courageux, je suis venu prendre le pouvoir entre les mains d’un General des FACA(Forces armées Centrafricaines) donc cette dernière est très faible, on la remplace par moi. Je me drogue, je viole, j’assassine, pille, j’ai jamais fait une formation militaire, je ne respecte rien, même pas la hiérarchie. Mais personne ne peut contester ma bravoure et mon courage, donc je suis la nouvelle armée républicaine de Centrafrique avec des général, pardon des Généraux qui n’ont jamais été militaires, beaucoup ne parlent pas Sango encore moins le français, et c’est comme ça. La nouvelle armée de Centrafrique ça craint, la sécurité ne reviendra jamais en Centrafrique si certains ARC ont toujours des armes entre les mains…Tous les jours que le bon Dieu fait ils font tout pour le prouver…

Et vous, vous en connaissez d’autres centrafricains qu’on pourrait ajouter à cette liste?

 

Lire la suite

Au chef des chantres. De David. Psaume.

1 Juillet 2019 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

 J’avais mis en l’Éternel mon espérance;
Et il s’est incliné vers moi, il a écouté mes cris.
3Il m’a retiré de la fosse de destruction,
Du fond de la boue;
Et il a dressé mes pieds sur le roc,
Il a affermi mes pas.
4Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau,
Une louange à notre Dieu;
Beaucoup l’ont vu, et ont eu de la crainte,
Et ils se sont confiés en l’Éternel.
5Heureux l’homme qui place en l’Éternel sa confiance,
Et qui ne se tourne pas vers les hautains et les menteurs!
6Tu as multiplié, Éternel, mon Dieu!
Tes merveilles et tes desseins en notre faveur;
Nul n’est comparable à toi;
Je voudrais les publier et les proclamer,
Mais leur nombre est trop grand pour que je les raconte.
7 Hé 10:5.Tu ne désires ni sacrifice ni offrande,
Tu m’as ouvert les oreilles;
Tu ne demandes ni holocauste ni victime expiatoire.
8Alors je dis: Voici, je viens
Avec le rouleau du livre écrit pour moi.
9Je veux faire ta volonté, mon Dieu!
Ps 37:31. És 51:7.Et ta loi est au fond de mon cœur.
10J’annonce la justice dans la Ps 35:18; 111:1.grande assemblée;
Voici, je ne ferme pas mes lèvres,
Éternel, tu le sais!
11Je ne retiens pas dans mon cœur ta justice,
Je publie ta vérité et ton salut;
Je ne cache pas ta bonté et ta fidélité
Dans la grande assemblée.
12Toi, Éternel! Tu ne me refuseras pas tes compassions;
Ta bonté et ta fidélité me garderont toujours.
13Car des maux sans nombre m’environnent;
Les châtiments de mes iniquités m’atteignent,
Et je ne puis en supporter la vue;
Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête,
Et mon courage m’abandonne.
14Veuille me délivrer, ô Éternel!
Éternel, viens en hâte à mon secours!
15 Ps 35:4, 26; 70:3; 71:13.Que tous ensemble ils soient honteux et confus,
Ceux qui en veulent à ma vie pour l’enlever!
Qu’ils reculent et rougissent,
Ceux qui désirent ma perte!
16Qu’ils soient dans la stupeur par l’effet de leur honte,
Ceux qui me disent: Ah! Ah!
17Que tous ceux qui te cherchent
Soient dans l’allégresse et se réjouissent en toi!
Que ceux qui aiment ton salut
Disent sans cesse: Exalté soit l’Éternel!
18Moi, je suis pauvre et indigent;
Mais le Seigneur pense à moi.
Tu es mon aide et mon libérateur:
Mon Dieu, ne tarde pas!

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>