Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - Centrafrique M.E.R.C.I

Centrafrique : Que penser de la plateforme Siriri

30 Mai 2018 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE - LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS, #politique, #Actualité, #Centrafrique

 
 0 stars
Inscriptionto vote!
Centrafrique : déclaration de la plateforme Siriri sur la situation politique et sécuritaire du pays.
DECLARATION DE LA PLATE FORME SIRIRI

 

La coalition SIRIRI adresse au peuple centrafricain, en ce début d’année 2018, ses meilleurs vœux de paix, de réconciliation et de reconstruction pour son bien-être.

En République centrafricaine (RCA), les violences meurtrières s’enchaînent, persistent et s’aggravent. Les groupes armés se sont multipliés. La situation s’est complexifiée et dégradée. Les massacres se sont accentués sur l’ensemble du pays. Des villages entiers sont détruits et brûlés. Une mission onusienne de maintien de la paix, MINUSCA, présente depuis avril 2014, avec ses milliers de casques bleus et de policiers, n’a pas permis la restauration de la paix, et le retour à une gouvernance démocratique en République Centrafricaine. Des hommes qui devraient être désarmés et cantonnés selon plusieurs résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies continuent à se déplacer et à agir à leur guise. Même la capitale Bangui est le théâtre de violences meurtrières. Les interférences étrangères ont participé à aggraver la crise centrafricaine la plus destructrice de son histoire. Les groupes armés centrafricains poursuivent leurs exactions car il n’y a pas de solution pour eux non plus. La situation continuera inexorablement à se dégrader.

 

Les communautés internationale et nationale ont misé sur une transition politique pour rétablir l’ordre républicain et l’intégrité du territoire, mais celle-ci a été un échec malgré les moyens et la présence des forces internationales. Les responsables du pays ont été incapables de faire face à leurs responsabilités : mette fin à l’insécurité qui règne sur toute l’étendue du territoire et restaurer l’autorité de l’Etat. Ils ont affiché un manque de volonté politique et de vision claire quant à leur mission.

 

Alors que les conditions minimales n’étaient pas rassemblées pour tenir des élections, la communauté internationale, France en tête, a poussé à ces élections, y voyant une étape incontournable vers la sortie de crise. Les centrafricains ont cru naïvement que c’était la voie pour arriver à la paix et remettre le pays sur les rails. Ils sont tombés dans un piège. Des élections précipitées et désorganisées se sont tenues, avec de nouvelles institutions mal élues, et ça nous a mené tout droit au désastre.

 

L’élection de Faustin Archange Touadéra, professeur de mathématiques, a suscité un immense espoir chez de nombreux Centrafricains. Il avait été le Premier ministre de François Bozizé et l’avait servi fidèlement pendant cinq ans. Le monde a, malgré cela, voulu croire qu’il s’agissait d’une rupture. La RCA s’est très vite trouvée avec un président de la République incapable d’assumer sa mission, qui a mis en place un gouvernement tout aussi incompétent pour exercer les fonctions de souveraineté basiques sur la majorité du territoire. Le régime est soutenu par l’ONU, la Minusca, l’Union africaine, l’Union européenne et la France, en dépit de la mauvaise gouvernance endémique, le sort atroce et la désolation du peuple centrafricain.

 

En somme, en Centrafrique les principaux auteurs de crimes contre l’humanité et de violations des droits humains n’ont jamais été inquiétés. Pire: on les consulte, on leur distribue des postes au gouvernement et à la présidence de la République, on les convie partout où se tiennent des discutions sur la paix en RCA, mais le résultat n’est que corruption et mauvaise gouvernance. A force de vouloir rendre les gouvernements plus inclusifs et plus représentatifs des bandes et milices armées, on a favorisé leur institutionnalisation. Plutôt que d’avoir une approche d’union nationale fondée sur les compétences et les capacités, les dirigeants du pays perpétuent les pratiques assassines sur les populations affaiblies : la prédation, la patrimonialisation du pouvoir, l’appartenance ethnique et le clientélisme. Nombreux sont ceux qui ont compris depuis longtemps que prendre les armes est un solide fond de commerce. Le cycle infernal ne peut que continuer, avec la multiplication des groupes de hors la loi qui terrorisent assassinent et violent les populations afin de mettre la main sur les ressources de notre sous-sol, en toute impunité.

 

Ni les nombreux sommets, ni les multiples dialogues, ni les diverses réunions, ni les innombrables appels et suppliques n’ont ramené la paix dans le pays et la sécurité au sein des populations de la RCA. La multitude d’accords pour la paix en Centrafrique n’a pas eu plus de succès. La communauté internationale n’a pas réussi à arrêter la désintégration du pays. Les Centrafricains auraient dû s’attaquer très vite aux racines de l’instabilité pour éviter les affrontements armés généralisés. Mais on ne l’a pas fait, et aujourd’hui le pays est à feu et à sang.

 

Les élites locales ont fui leurs responsabilités. La société civile ne joue pas le rôle qu’on attend d’elle, et l’opposition est pratiquement inexistante. Les leaders politiques s’investissent dans la recherche de leurs intérêts personnels, plutôt que dans ceux du pays et du peuple.

 

La République centrafricaine a vécu un véritable cauchemar en 2017. Les événements douloureux survenus ces derniers temps dans certaines préfectures comme le Haut-Mbomou, Mbomou, Haute-Kotto, Basse-Kotto, Ouaka, Nana-Gribizi, Ouham, Ouham-Pendé et Nana-Mambéré, démontrent clairement que notre pays continue de se désintégrer à grande vitesse. Il est devenu le pays le plus dangereux au monde pour les humanitaires, après la Syrie. Il a rétrogradé au dernier rang dans le classement pays dans l’indice de développement humain (PNUD) où il est 188è sur 188. Quatre (4) millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire et ont besoin d’aide humanitaire. La RCA compte plus de 633 300 déplacés internes et 545 497 réfugiés centrafricains dans les pays voisins (HCR). Selon l’UNICEF 1,8 million d’enfants sont touchés par la crise. En dépit de cette situation désastreuse, Faustin Archange Touadéra a réaffirmé son plein soutien à l’initiative du panel de l’Union Africaine. Malgré les bruits de bottes dans le pays, le Chef de l’Etat est décidé à tendre la main aux hommes armés en République centrafricaine, persuadé que c’est l’unique voie pour sortir le pays de gouffre.

 

A l’allure où vont les choses, nous craignons que notre pays la République Centrafricaine ne devienne la destination privilégiée des djihadistes de tous poils.

 

Mettre fin à la crise sécuritaire c’est surtout apporter des solutions politiques. En aucun cas, les armes à elles seules, ne pourront assurer durablement la paix et la prospérité à l’ensemble des citoyens centrafricains. Les solutions pouvant mettre fin à la tragédie qui endeuille notre pays ne peuvent être que politiques. Le retour à la paix concerne d’abord le gouvernement centrafricain. Ses partenaires Internationaux ne viennent que pour appuyer ses efforts. La faiblesse de la RCA vient de son sommet, de ses dirigeants. C’est à cela qu’il va falloir remédier d’urgence.

 

Il est temps maintenant d’en finir avec tout ce chaos pour se concentrer sur la reconstruction de notre pays, sur le retour de ces milliers de centrafricains obligés de fuir leur pays, en errance et en souffrance un peu partout en Afrique et dans le monde, et sur le développement. Ceux qui sont terrés en brousse comme des bêtes sauvages doivent pouvoir rentrer chez eux et vivre dignement. Le temps est venu de siffler la fin de la recréation en Centrafrique.

 

SIRIRI

 

La plate-forme SIRIRI n’est pas un énième groupe rebelle. Des centrafricaines et des centrafricains de tous âges et de tous horizons, de toutes confessions religieuses, de toutes ethnies, de tout milieu socioprofessionnel, ont librement décidé de fonder ce regroupement de citoyens dont l’objectif clairement affiché est d’aboutir à la paix. D’ailleurs le mot SIRIRI signifie PAIX en sango, la langue nationale. Il s’agit d’une plateforme nationale d’envergure, dont le nom exprime l’engagement et la mobilisation qui nous anime afin de réussir la paix en Centrafrique. Elle comprend de hauts cadres et dirigeants dissidents des groupes armés UFDR, EDD, MLCJ, MLC, FDPC, une faction modérée de l’ex-SÉLÉKA et des ANTI-BALAKA, des représentants de la diaspora centrafricaine, des membres de la société civile et des partis politiques.

 

Toutes les forces vives de la nation ont manifesté leur intention d’adhérer à cette plateforme pour rétablir la sécurité et la paix en apportant une contribution multiforme dans le but d’arrêter l’hémorragie, de mettre fin à l’agonie du pays. SIRIRI veut accueillir les femmes et les hommes de bonne volonté à la recherche de la justice sociale et de la transformation fondamentale de notre pays, et nous voulons associer le peuple à ce changement. Nous voulons mettre fin aux horreurs que provoque la haine de l’autre, l’obscurantisme et le terrorisme islamiste. Tout centrafricain ne supportant plus ces souffrances atroces trouvera sa place dans SIRIRI.

 

SIRIRI est convaincue que la population centrafricaine est une mosaïque d’ethnies du fait de la situation géographique du pays et de l’évolution de l’histoire de l’Afrique centrale. Par conséquent, nous allons mettre l’accent sur l’unité nationale. SIRIRI va réunir les éléments qui doivent constituer un État, de manière à ce que le territoire national soit réellement contrôlé, et que les institutions soient fortes. Nous allons rétablir la notion d’appartenance à une nation et celle d’intérêt général, avec une politique de réconciliation et de reconstruction. Tous ensembles, nous pouvons fédérer les différentes parties. Nous estimons qu’il est urgent de parachever prioritairement le désarmement de manière impartiale, d’assurer la sécurité des populations et de jeter les fondations d’un État de droit. Et ceci comprend la refondation de l’armée nationale et de toutes nos forces de défense et de sécurité.

 

C’est l’unique voie qui nous mènera à la bonne gouvernance de la nation afin qu’elle soit dirigée par des personnalités opérationnelles, compétentes, indépendantes et de grande probité, au sein d’un collège restreint et soigneusement identifié.

 

Aujourd’hui, seul le rétablissement d’un État de droit et la fin de l’impunité permettront l’arrêt des violences. Ensuite l’État devra jouer le rôle qui est le sien : en particulier dans les domaines de la protection des citoyens, du développement économique et social, incluant, l’éducation nationale, la santé, les infrastructures de base, de la consolidation de l’État de droit et de la cohésion nationale.

 

Avec SIRIRI, nous allons trouver une solution authentique, entre centrafricains, pour lever les nombreux obstacles que sont, notamment, la ruine de l’économie, la disparition de l’État, les fractures dans l’unité nationale, la perte des valeurs, afin de léguer à nos descendants une République Centrafricaine terre de liberté, de prospérité et de paix.

 

Fait à Paris, le 26 janvier 2018              

                                                                                                                                                                                                                                                          

Mme. Marie-Reine Hassen                                                     M. Moustapha Mahamat Saboune

Coordonnatrice Politique                                                Président

 

Lire la suite

Bangui et Moscou officialisent leur rapprochement

24 Mai 2018 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE - LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS

Let's stop anarchy and human rights violation in Central African Republic.
https://www.fantasticoh.com/user?id=e5c9ebefff574fee


1 mois avant un AVC, votre corps va vous envoyer ces signaux alarmants – Ne les ignorez pas !
https://youtu.be/zpE5Pz2rO1A


VOTRE SANTE A VOTRE POIGNET
Une page dédiée au SHOPPING-Centrafrique, merci pour votre intérêt 

https://www.facebook.com/bokassa5worldgncom-458264407942540/


VISITEZ MA BOUTIQUE EN LIGNE
https://my.worldgn.com/store/bokassa5
PARTENAIRE
https://my.worldgn.com/join/iworlddabealvi

 

Lire la suite

Bangui et Moscou officialisent leur rapprochement

24 Mai 2018 , Rédigé par Centrafrique-Presse.com

Cet article est reposté depuis centrafrique-presse.

Lire la suite
Lire la suite

CENTRAFRIQUE: Les noirs ne lisent pas et resteront toujours nos esclaves

12 Mai 2018 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #ESCLAVE AFRICAIN, #PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE - LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS

LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTERONT TOUJOURS NOS ESCLAVES Pour ceux d'entre vous qui l'ont écouté, c'est le titre de l'article que Dee Lee avait lu un matin sur les ondes d'une station de radio de New York.. Pour ceux d'entre vous qui ne l'ont pas écouté, cet article malheureusement dépeint une certaine réalité. Une lettre assez assommante écrite par un Caucasien (c'est-à-dire un Blanc). LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTERONT TOUJOURS NOS ESCLAVES. Nous pouvons encore continuer à récolter des profits des Noirs sans effort physique de notre part. Regardez les méthodes actuelles de maintien dans l'esclavage qu'ils s'imposent eux-mêmes: IGNORANCE, AVIDITÉ et ÉGOÏSME..

1. Leur IGNORANCE constitue la première arme de ce maintien en esclavage. Un grand homme une fois déclara « la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de la mettre dans un livre ». Nous vivons actuellement à l'Age de l'Information. Ils ont l'opportunité de lire n'importe quel livre sur quel que soit le sujet en rapport avec leurs efforts de lutte pour la liberté, mais ils refusent de lire. Il y a d'innombrables livres facilement disponibles à Borders, à Barnes & Noble, à Amazon.com sans mentionner les librairies spécialisées pour Noirs qui fournissent des œuvres de grande valeur susceptibles de leur permettre d'atteindre une certaine équité économique (qui devrait être en fait intégrée à leur lutte) mais peu d'entre eux lisent de façon soutenue, si jamais ils lisent, ils gardent les informations pour eux-mêmes et ensuite ils n'écrivent pas pour leur progéniture {ceux d'Afrique cachent les recettes de leurs ancêtres à leurs descendants préférant mourir avec. Les Noirs refusent catégoriquement les religions de leurs propres Ancêtres ; leurs propres prophètes oubliés}.

2. L'AVIDITÉ est une autre puissante arme de contention. Les Noirs, depuis l'abolition de l'esclavage, ont eu de grandes sommes d'argent à leur disposition. L'an dernier, seulement pour la période des fêtes de Noël et de fin d'année, ils ont dépensé 10 milliards de dollars des 450 milliards de dollars qui représentent leur revenu annuel (2,22%). N'importe qui d'entre nous peut les (noirs) utiliser comme un marché cible pour quelle que soit l'entreprise. Ils viendront toujours y consommer. Étant principalement des consommateurs ils agissent par avidité, poussés par le plaisir et le désir de toujours posséder. Ils veulent toujours en posséder davantage sans penser le moins du monde à épargner pour la progéniture ou à investir pour les générations suivantes. Au lieu de démarrer une entreprise ils penseront de préférence à s'acheter de nouvelles paires de chaussures très chères. Certains d'entre eux vont jusqu'à négliger leurs propres enfants pour se procurer les tous derniers modèles... TOMMY ou FUBU. Ils pensent jusqu'à présent que rouler en Mercedès et vivre dans une grande maison leur octroie un certain «statut» ou qu'ils ont réalisé le Rêve Américain. Ils sont fous ! De l'Europe, des USA, d'Afrique ...ils sont tous les mêmes ! La majorité de leurs frères croupissent encore dans la misère parce que leur avidité les empêche collectivement de constituer un lobby financier pour une meilleure communauté.. Avec l'aide de BET, Black Entertainment Tonight, (une chaîne de télévision pour Noirs (ndlt)), et d'autres média télévisés du même genre qui leur apportent des images destructives dans leurs propres foyers, nous continuerons à tirer d'eux d'immenses profits comme ceux gagnés par TOMMY et NIKE.. (Tommy Hillfiger les a même insultés, déclarant qu'il ne voulait pas de leur argent. Voyez cependant combien ils dépensent encore plus dans ses produits comme jamais ils ne l'ont fait auparavant !) Ils continueront de s'exhiber ainsi les uns devant les autres pendant que nous autres (blancs) nous construirons une communauté plus forte à partir des profits que nous réalisons d'eux...

3. L'ÉGOÏSME est enraciné en eux depuis les temps de l'esclavage et l'époque coloniale et c'est l'une des principales manières à travers lesquelles nous continuons à les y maintenir. L'un des leurs, Dubois, disait dans un livre, « le Dixième des Talents » (1/10), qu'il existait une désunion viscérale dans leur culture. Il était précis dans ses déductions qui stipulent qu'il y avait des éléments épars de leur culture qui avaient atteint une certaine forme de succès. Cependant cette partie n'a pas bénéficié de l'amplitude de son œuvre. Ils n'ont pas lu que « le Dixième des Talents » se donnait pour mission de leur permettre d'aider les 90% sans talents d'atteindre une meilleure qualité de vie. Au contraire ces éléments ont créé une nouvelle catégorie de classe, la classe Buppie (que nous traduirions par parvenus) et ils regardent de haut les leurs ou bien les aident avec condescendance. La seule culture qui prend l'ascension chez eux c'est la culture de ramassage et de cueillette qui est nourrie par la semence de Caen, frère d'Abel «le nivellement vers le bas». Leur ÉGOÏSME ne leur permet pas de travailler ensemble sur des projets pour atteindre des réalisations communes. Ils ne réaliseront jamais ce que nous avons accompli. Quand ils se mettent ensemble ils laissent leur ego dominer leurs objectifs communs. Donc leurs prétendues organisations d'aide et de charité (...) semblent seulement promouvoir leurs noms sans apporter de réels changements au sein de la communauté. Ils sont heureux de siéger dans des conférences ou des conventions dans nos hôtels (Sheraton, Intercontinental, ..., discutant au sujet de ce qu'ils projettent de faire tout en récompensant par des plaques d'honneur et des titres les meilleurs orateurs mais non les meilleurs réalisateurs (ceux qui en fait agissent). Y aura-t-il une fin à leur ÉGOÏSME? Ils refusent obstinément de se rendre compte que unis ils pourraient accomplir beaucoup plus :

TOGETHER EACH ACHIEVES MORE (TEAM)

Ils ne comprennent pas qu'il n'y a pas mieux que des entités individuelles mises ensemble pour contribuer à une œuvre commune. En réalité beaucoup de ces Buppies {des parvenus} ne se rendent pas compte que « une seule signature suffit pour qu'ils redeviennent pauvres » et que deux chèques de paie les séparent de la pauvreté (ils sont à deux mois de salaire de la pauvreté). Et que tout cela est contrôlé par les plumes des blancs et leurs bureaux.. Une simple signature suffit !!(ndlt) Ainsi donc nous continuerons à les maintenir dans cet état. a. aussi longtemps qu'ils refuseront de lire et partager l'information, b. aussi longtemps qu'ils continueront d'acheter tout ce qu'ils veulent pour satisfaire leur avidité de posséder, c. et aussi longtemps qu'ils continueront de penser qu'ils «aident» leurs communautés en payant des cotisations à des organisations qui ne font pas plus que tenir d'extravagantes conventions dans nos hôtels En passant, ne vous inquiétez pas qu'ils puissent lire cet article.

Rappelez vous : ILS NE LISENT PAS, s'ils lisaient ça ne ferait rien, ils sont amnésiques, c'est-à-dire ils oublient vite (pour eux le bourreau et la victime ont la même fosse)... D'autre part, je parie qu'ils préfèreront garder cet article pour eux après lecture, plutôt que de le partager avec les autres... Sauf bien sûr pour quelques-uns d'entre eux qui ont compris...! Encore et une fois de plus, "la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de la mettre dans un livre."

Lire la suite

LE PRÉSIDENT TOUADERA A POSÉ LA PREMIÈRE PIERRE DU LANCEMENT DES TRAVAUX DU CHAMP SOLAIRE DE DANZI DANS LE CADRE DU PROJET D'URGENCE D’ACCÈS A L’ÉLECTRICITÉ

8 Mai 2018 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #PANNEAUX SOLAIRES EN CENTRAFRIQUE - LA PAIX AVEC L ' ELECTRICITÉ POUR TOUS, #Faustin Archange Touadera

La Renaissance

Le village Danzi situé sur l’axe Boali à 20 Km de Bangui a accueilli hier dans le milieu de l’après-midi le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA et tous les hauts dignitaires de la RCA à l’occasion de la pose de la première pierre du lancement des travaux d’un champ solaire de 40MW avec une capacité de stockage équivalente.

Ce projet qui consiste à installer une capacité de batteries aussi importante que la capacité des panneaux est seulement une première pour la RCA, mais aussi pour le continent africain.

C’est une très importante nouvelle pour la RCA dont le taux d’accès à l’électricité est l’un des plus bas en Afrique. Avec 8% en moyenne, mais seulement 2% dans les zones rurales et 35% dans la ville de Bangui qui compte pourtant plus d’un million d’habitants.

« Les crises politico militaires récurrentes, qui ont émaillé l’histoire de la République Centrafricaine, ont considérablement biaisé tous les efforts du développement économique et social engagés qui se traduisent par 40 ans de retard d’investissement en matières d’infrastructures de production et de distribution d’électricité » a déclaré Herbert Gotran DJONO AHABA, ministre du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques dans son allocution de circonstance.

Face à cette situation alarmante et préjudiciable pour la RCA qui possède pourtant de nombreuses potentialités énergétiques, le Président TOUADERA avait promis un changement dans son discours d’investiture du 30 mars 2016 « Ce sera un grand défi pour nous que de mettre à la disposition de tous les centrafricains un approvisionnement suffisant en électricité et en eau potable, indispensable pour assurer des conditions de vie et de santé acceptable… »

Joignant donc l’acte à la parole, le Président TOUADERA a négocié et obtenu de la Banque Mondiale un don de 65 millions de dollars en plus des 500 millions promis à Bruxelles, soit 33 milliards de FCFA pour le financement de ce projet qui se réalisera en deux phases : La première consistera à la construction d’une usine de 25MW avec des batteries d’une même capacité et le renforcement des réseaux de transmission et de distribution à Bangui.
La seconde comprend également la préparation de ce même site pour la deuxième phase (principe de « Plug and Play ») de 20 MW.

En gros les banguissois auront d’ici deux ans 25MW en plus des 23MW que l’ENERCA produit actuellement. Grâce au principe de Plug and Play, les techniciens du site de l’énergie solaire de DANZI n’auront plus qu’à sceller les panneaux de 20 MW sur les premiers et augmenter la capacité.

Dans son discours, le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale pour la RCA, M. Jean Christophe CARRET a rappelé que l’énergie est la première source d’attraction des investisseurs dans le processus de la transformation d’un pays : « le rapport de doing business identifie l’accès à l’électricité comme une contrainte majeure décourageant l’ investissement en RCA et donc la possibilité de créer de l’emploi, notamment en milieu urbain, emploi qui on le sait constitue la solution durable avec l’éducation à la violence et à l’insécurité ».

La durée de ce projet est de deux ans : « 1 an pour la phase de passation du marché qui comparera trois fois contrats, laquelle bénéficiera d’une assistance de la Banque pour éviter les délais et un an pour la construction » a précisé Jean Christophe CARRET.

Répondant à la Presse, le Président a demandé aux centrafricains de le soutenir dans ses actions visant à rebâtir la République Centrafricaine et de ne pas se laisser distraire par les ennemis de la paix qui mettent des barrières pour empêcher le développement de son pays.

https://www.facebook.com/groups/toutvachanger/

Lire la suite