Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - CentrAfrique

Le rendez-vous d'affaires des entreprises internationales avec l'Afrique

28 Octobre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com

THE AFRICA CEO FORUM 2017 
Le rendez-vous d'affaires des entreprises internationales avec l'Afrique
Classe moyenne en plein boom, taux de croissance économique parmi les plus élevés au monde, spectaculaire croissance démographique….l’Afrique est devenue une destination incontournable de l’investissement.

Le continent occupe aujourd’hui le 4ème rang des destinations les plus attractives au monde pour y réaliser des opportunités d’affaires. En l’espace de 10 ans, près de 14 milliards de dollars de levées de fonds y ont été réalisées par les plus grands fonds de Private Equity à l’instar de KKR, Blackstone ou encore Carlyle. En dépit du ralentissement économique mondial, l’Afrique peut se targuer d’avoir attiré un montant record d’investissements directs étrangers (IDE), ces derniers représentant 60 milliards de dollars, soit cinq fois plus qu’en 2000.
Saisissez ces opportunités et soyez au cœur de la dynamique des investissements en Afrique en participant à la prochaine édition du AFRICA CEO FORUM les 20 et 21 mars 2017 à Genève.

Le AFRICA CEO FORUM est l’événement de référence pour les dirigeants d’entreprises internationales souhaitant échanger avec les décideurs publics et privés africains. C’est une occasion unique de rencontrer de nouveaux partenaires et d'identifier les futurs leviers de croissance en Afrique.


Inscrivez-vous dès à présent pour :
  • Accéder en direct à plus de 40 Ministres de l’Économie, des Finances ou de l’Industrie des pays africains les plus dynamiques
  • Rencontrer les plus grands dirigeants du secteur privé africain
  • Parfaire votre expertise des économies et des enjeux du continent
  • Participer à un programme de conférences et de débats animés par les personnalités les plus en vue de la scène économique internationale
  • Identifier les futurs leviers de croissance en Afrique
  • Découvrir les projets d’investissement les plus attractifs en Afrique
 
 
"Ce forum est très important car il met en perspectives les opportunités d'investissement en Afrique"


 
Chaque année, ils participent au AFRICA CEO FORUM :

Air France KLM • Amarante Investment • Allianz AGCS • Axa Insurance • Bechtel Corporation • Bollore Logistics • Calik Cotton • CFAO • Contour Global • Danone • Doosan Heavy Industries • Emerging Capital Partners • Endeavor Energy Holdings llc • Eranove • European Investment Bank • Heineken International • GE • Helios Investment Partners • SFI/IFC • JC Decaux • Jetro • Louis Dreyfus Commodities • Majid al Futtaim Ventures LLC • Marriott International • Martin Maurel • Marubeni Power Systems Corporation • Mediterrania capital partners • Mindray • Mitsubishi corporation • Necotrans • Odebrecht Africa Emirados Portugal • Olam Group • Orrick, Herrington & Sutcliffe (Europe) LLP • OPIC • Proparco • Prudential • Sappro • Société Générale • Skypower Global • Thales DGDI • Themis Energy • Toyota Tsusho Corporation • TPG Capital • Unibel • Unilever • UPL Limited • Yildirim Holding...
JE M'INSCRIS
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Centrafrique: 30 morts dans les violences de mercredi

13 Octobre 2016 , Rédigé par Centrafrique-Presse.com

Cet article est reposté depuis centrafrique-presse.

Lire la suite

CENTRAFRIQUE: RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT A PARIS

7 Octobre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #unite, #dignite, #travail, #dabealvi, #centrafrique, #bangui, #politique centrafricaine

CENTRAFRIQUE: RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT A PARIS

https://www.facebook.com/100010778326557/videos/309529659416309/

<<IL A DIT >> Kpla Kongo

J’étais à cette rencontre où j’ai croisé du beau monde. Le sémillant Sébiro virevoltant parmi les participants. Il y avait notre ami le grand Paul Cyriaque Sémaporo, avec un joli petit bout de fille dans les bras qui vous transmettait en direct des extraits de la rencontre, Axime Césaire Oronindji qui a fait une bonne intervention, LFK assis quelques rangées devant moi, qui a proposé sa liste de premiers ministrables – que je prenais pour une plaisanterie — au chef de l’état qui l’a joyeusement renvoyé dans les cordes. Il y avait André Régnier piaffant d’impatience parce ce qu’on tardait à lui passer le micro. Il a fini par poser la question importante des énergies renouvelables qui lui tient à cœur.…..et quelques autres.
La soirée a commencé par l’hymne national chantée sur un genre lyrique, puis le speech d’une compatriote censée s’exprimer au nom de la diaspora. Mais en fait elle représentait le comité de soutien à Touadéra. Elle a, comme on devait s’y attendre, passé la pommade et la brosse à reluire au Président, décochant au passage des coups de pied de l’âne bien sentis à l’outrecuidant Dologuélé sans le nommer. Ce dernier en prendra pour son grade lors de cette rencontre. Il fallait l’accuser de vouloir torpiller les espoirs que tout ce beau monde nourrissait sur Bruxelles. Les troupes Touadériennes manifestement en nombre dans la salle l’on repris de volée ce soir-là, applaudissant à tout rompre comme des chauffeurs de salle au moindre bon mot du Président…. Ambiance !
Il s’agit d’une rencontre à l’image de notre pays où l’on retrouve les mêmes limites, faiblesses et insuffisances de part et d’autre, tant sur la forme que sur le fond.
Cette rencontre a été décevante parce que, outre le temps imparti, la plupart des intervenants exposaient leur cas et préoccupations personnels, après avoir décliné titres, qualifications, spécialités…(au cas où,..On ne sait jamais), rappelant au président leurs amitiés et accointances d’antan.
Je ne reviens pas sur le détail des questions déjà résumé par Axime Césaire et bien d’autres.
Le Président, hésitant au départ s’est révélé pugnace et combatif dans ses réponses. On ne peut douter de sa sincérité quand il parle de sa détermination, de sa volonté à ramener la paix, de la difficulté de sa tâche que personne ne conteste. Et pour cela, il attend de tous un soutien, une collaboration et des critiques constructives.
Le problème est que le Président est profondément convaincu de la justesse de ses choix, de ses décisions et de la qualité de ses collaborateurs, même les plus folkloriques. De sorte que le soutien et les critiques qu’il attend de nous ne peuvent s’analyser que par une adhésion sans réserve à ces choix là. Toute proposition contraire est à considérer comme une volonté de contrarier son action.
Sa réaction contre la sortie de Dologuélé et des blogueurs du net en est la preuve. D’après lui, il n’y aurait que le désarmement volontaire, suivi de la réconciliation et du pardon qui doivent être retenus. Tout le monde le souhaite. Mais rien n’est vraiment assuré dans ce schéma face aux réalités du terrain qui s’imposent à nous chaque jour. Si le désarment ne réussi pas, on va faire comment. Se poser cette simple question n’est que du bon sens.
Le Président n’y apporte aucune réponse, reprochant maladroitement à Dologuélé sa gestion passée, oubliant qu’il a lui même géré ce passé avec les mêmes résultats que ce dernier.
Il faut savoir que nous nous engageons dans ce processus, le DDRR qui n’a jamais marché sans aucune solution de rechange en cas d’échec. Que nous croyons que les bailleurs vont continuer à nous soutenir.
Il y a des inquiétudes légitimes dans beaucoup de critiques qui lui sont adressées et que son équipe de communication – médiocre et incompétente il faut le savoir – et lui même refusent de prendre en considération. Il faut se mettre d’accord sur la notion de critique constructive.

L’actualité des énergies renouvelables en Afrique

http://www.energies-renouvelables-afrique.com/

Notre rubrique spéciale CENTRAFRIQUE COP22

https://dabealvi.wordpress.com/2016/09/15/lactualite-des-energies-renouvelables-en-afrique/

Lire la suite

LE FATALISME CENTRAFRICAIN

6 Octobre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #centrafrique, #Actualité, #boganda barthelemy, #dabealvi, #developpement durable

LE FATALISME CENTRAFRICAIN

Eloignons de nous cette idée que rien ne peut changer

LES ENERGIES RENOUVELABLES SONT UNE SOLUTION...

FATALISME n. m.

Doctrine philosophique qui attribue tout au destin, considère que tous les événements sont fixés à l'avance par une cause surnaturelle et doivent fatalement s'accomplir. Conséquemment, le fatalisme nie le libre arbitre, c'est-à-dire la doctrine philosophique qui présente l'individu libre de ses gestes et de ses actes et, en conséquence, responsable de ceux-ci ; mais il combat également le déterminisme qui conditionne une chose à une autre et prétend que toutes les actions de l'individu sont les résultantes d'effets et de causes qui s'enchaînent les unes aux autres.

A notre avis, et s'il est vrai que les problèmes philosophiques exercent une influence sur la vie sociale des hommes, nous pensons que le fatalisme est une doctrine de paresse, d'impuissance et de mort, surtout en ce qui concerne le fatalisme vulgaire des musulmans. Pour ce qui est du fatalisme panthéiste de Spinoza, nous croyons qu'il a ouvert de larges horizons au déterminisme.

Si nous disons que le fatalisme est une doctrine de mort, c'est, qu'en effet, si la vie de l'homme est définitivement réglée, si rien ne peut changer le cours tracé de son existence, toute lutte est alors inutile et l'individu n'a plus qu'à attendre les événements puisqu'il ne peut rien contre ceux-ci.

« Dans les âges primitifs, quand un héros était dévoré par un cancer, on le croyait mangé par un Dieu ; on offrait au Dieu de la viande fraîche, on supposait qu'il l'aimerait mieux que la chair du malade et qu'il lâcherait celui-ci » (Renan, Dialogues philosophiques). Une semblable illusion ne peut être permise au fataliste. Dans le même cas, il n'a qu'à se laisser mourir et il n'a même pas la ressource de la prière pour espérer apitoyer son Dieu sur son sort misérable, puisque c'est ce dieu qui, irrévocablement, à tracé ce sort ; en cette circonstance, tout ce que le fataliste peut espérer, c'est la félicité dans un monde meilleur.

Une telle conception philosophique si contraire aux lois scientifiques annihile inévitablement toute volonté et toute énergie et ne peut être admise par les anarchistes qui considèrent la vie comme une lutte continuelle.

Pas plus que le fatalisme, nous ne pouvons admettre le libre arbitre. Nous savons que l'homme n'est pas libre, qu'il est le produit de circonstances, d'événements, d'effets et de causes, de l'ambiance et de l'hérédité. « Etre véritablement libre, écrit Voltaire, c'est pouvoir. Quand je peux faire ce que je veux, voilà ma liberté ; mais je veux nécessairement ce que je veux ; autrement je voudrais sans raison, sans cause, ce qui est impossible. Ma liberté consiste à marcher quand je veux marcher et que je n'ai point la goutte » (Voltaire, le philosophe ignorant).

Mais, diront les adversaires du déterminisme, votre déterminisme se rapproche sensiblement du fatalisme vulgaire. Qu'importe que les causes soient multiples, ou que la cause soit unique, si le résultat est le même et que l'individu déterminé par des causes extérieures à lui-même ne peut rien changer à sa destinée? Argument simpliste, raisonnement à l'absurde.

Dans ses dialogues philosophiques, Ernest Renan fait ainsi parler un de ses sujets : « Hors de notre planète, l'action de l'homme peut être considérée comme nulle, puisque notre planète n'agit guère dans l'ensemble de l'univers que par la gravitation ; or, l'homme n'a pas changé et ne saurait changer la gravitation de sa planète. Cependant, la moindre action moléculaire retentissant dans le tout, et l'homme étant cause au moins occasionnelle d'une foule d'actions moléculaires, on peut dire que l'homme agit dans le tout d'une quantité qui équivaut à la petite différentielle qu'il y a entre ce qu'est le monde avec la terre habitée et ce que serait le monde avec la terre inhabitée. On peut même dire que l'animal agit lui-même dans l'univers à la façon d'une cause ; car une planète peuplée seulement d'animaux verrait se produire à sa surface des phénomènes naissant de la spontanéité de l'animal et différents des purs phénomènes mécaniques, où ne se décèle aucun choix ». Et, en effet, si nous abandonnons le terrain purement philosophique et abordons le terrain social, nous disons : bien que déterminé, l’individu apporte dans l'ordre des choses une part de lui-même, une part qui lui est propre, une part qui lui est individuelle. Et cette part particulière, associée à celle de ses semblables peut changer la face des choses, le cours des événements.

Lorsque nous disons que la Révolution est inévitable, qu'elle sera violente, ce n'est pas parce que fatalement elle doit être violente. S'il plait aux hommes qui détiennent la richesse sociale d'abandonner leurs privilèges et de participer à l'organisation d'une société plus humaine, la violence ne s'exercera pas ; ce n'est pas parce que nous croyons au fatalisme que nous disons que la Révolution sera violente, mais justement parce que cette violence sera déterminée par le refus des classes oppressives d'accéder aux désirs du populaire. Le capital a le pouvoir - parce que lui aussi est déterminé et détermine -­ de changer le cours des événements, de même que le peuple a possibilité de transformer du tout au tout l'ordre social actuel. Cette possibilité n'est pas seulement consécutive aux causes qui déterminent le peuple, mais aussi aux effets dont le peuple est la cause.

Il y a un fossé entre le fatalisme et le déterminisme, et nous pouvons dire que le déterminisme est l'antidote du fatalisme.

Au mot déterminisme, on trouvera une explication plus étendue de ce que nous entendons par déterminisme, mais pour nous, il n'exclut pas la responsabilité.

Il est simpliste de prétendre que l'homme étant déterminé, il est entièrement irresponsable. S'il en était ainsi, je ne serais pas déterministe. Chaque individu a une part de responsabilité. Le juge qui condamne, le bourreau qui exécute sont peut-être le produit de la société, ils sont les effets d'une foule de causes, c'est entendu ; mais ils apportent aussi un peu d'eux-mêmes dans chacun de leurs actes et en conséquence, leur responsabilité, si elle n'est pas absolue, est tout au moins partielle. Et puis, la lutte sociale ne permet pas de s'arrêter à de telles subtilités. Sur le terrain philosophique, il est permis de se livrer à une gymnastique intellectuelle pour rechercher la part de responsabilité de chacun ; sur le terrain social, il faut batailler pour vivre et arracher à ceux qui nous oppriment la part de bonheur à laquelle nous avons droit.

Eloignons de nous cette idée que rien ne peut changer, que tout ce qui arrive est fatal, que tel événement ne pouvait pas ne pas se produire, que les fléaux sont inévitables, et pensons avec Louis Blanc que « jusqu'à présent » la civilisation a fait fausse route ; et dire qu'il n'en saurait être autrement, c’est perdre le droit de parler d'équité, de morale, de progrès.


- J. CHAZOFF

https://www.facebook.com/groups/jedeveloppemonpaysCentrafrique/

Lire la suite

LA SEMAINE DES ENFANTS " différents "

2 Octobre 2016 , Rédigé par Abel Carballiño

Cet article est reposté depuis FRANCOFOLIES de Abel Carballiño.

Lire la suite