Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dabealvi.La Sentinelle en mode veille - CentrAfrique

La RCA n'est pas pauvre parce qu'elle est enclavée

25 Décembre 2016 , Rédigé par dabealvi.over-blog.com Publié dans #centrafrique, #dabealvi, #politique, #Actualité, #ENERGIE SOLAIRE, #2017

 

Est-il juste de dire qu'un pays enclavé comme la République Centrafricaine (RCA) est pauvre parce qu'il est enclavé ? Les partisans de l'approche géographique du développement économique continuent d'affirmer, de prétendre, de soutenir, d'affirmer, de réclamer et voir professer que la RCA est pauvre parce qu'elle est enclavée.

Cette conception ne semble pas du tout vraie. Elle est discutable. Avec quelques réflexions et exemples qui suivent, elle doit être exclue pour de bon.

 La RCA est une nation enclavée et bordée par le Cameroun, le Tchad, le Soudan, la République démocratique du Congo et la République du Congo. Géographiquement, elle n'a pas d'ouverture directe à la mer. Les adeptes de l'approche géographique du développement économique persistent et signent que la RCA située au coeur du continent Africain, est pauvre parce qu'elle est confrontée à de graves problèmes dérivés, directement ou indirectement, de la géographie physique. Sans s'en rendre compte, ils continuent de poursuivre ce que disaient Sachs (GP73) et al (2001) : <>. Selon Sachs, les pays enclavés comme la RCA sont, le plus souvent, pauvres en raison des inconvénients liés aux coûts élevés de transport et de communication. Mais, est-il exact de dire qu'un pays enclavé comme la RCA est pauvre parce qu'il est enclavé ? Il existe sur la planète Terre, des pays riches enclavés sans littoral et situés en Europe tels que la Suisse, l'Autriche et le Luxembourg, etc.

La RCA n'est pas pauvre parce qu'elle est enclavée. Elle est pauvre du point de vue économique, parce qu'elle n'est pas dans un premier temps, un marché capitaliste, hautement, concurrentiel et que ses coûts de transport pour faciliter les activités économiques sont élevés. Cette conception vérifiée fait référence à Dunn (2007), qui met l'accent sur le marché capitaliste concurrentiel. En outre, ce pays situé au cœur du continent africain exporte, le plus souvent, des produits primaires comme le bois qui nécessitent de grandes capacités de transport pour être déplacés du pays. Il est à noter que les coûts de transport pour exporter ses produits sont élevés par rapport à la valeur même du produit d'exportation.  Par conséquent, les coûts de transport élevés ne découlent pas tellement de son emplacement physique, mais, des difficultés causées par le type de marchandises produites et exportées. La mauvaise qualité de l'infrastructure de transport et l'absence de moyens de transport avancés contribuent à l'augmentation de la dépense à engager pour le transport des marchandises. L'accès du pays aux voies navigables dépend de l'approbation des autres Etats-nations, par exemple, en franchissant la frontière camerounaise. Puis, les coûts administratifs spéciaux, tels que la réglementation douanière, font augmenter, indépendamment, les coûts de transport de la proximité des rivières navigables ou de la côte. Il y a des pénuries fréquentes d'essence, de carburant diesel et de carburant pour avions parce que les carburants doivent être acheminés par camion à partir du Cameroun ou via la rivière Oubangui avec tous les ennuis qu'il faut subir. Des mesures rigoureuses et appropriées doivent être prises, appliquées et suivies pour arrêter ces ennuis.

L' investissement dans l'infrastructure pour booster l'économie et améliorer la qualité de vie en RCA est nécessaire. Cela est simple comme A, B et C.

A- L'investissement dans l'infrastructure permet de créer l'emploi. 

B- L'investissement dans l'infrastructure génère une demande effective ( une demande qui paie) car avec leurs salaires, les employés effectuent des dépenses, ou encore en termes simples, achètent des biens et services pour leur consommation. 

C- L'investissement dans l'infrastructure permet à l'économie de bien fonctionner car les fonds placés rentrent, de nouveau, dans le circuit économique. 

Même si l'état actuel de la RCA n'est pas bon, ses perspectives à long terme sont plus brillantes. Si ses dirigeants sont disposés à réformer ce qui ne marche pas, la RCA devrait pouvoir rattraper les pays riches. De part les réalités qu'on vit, force est de constater que ce pays bénéficie d'un riche stock de ressources naturelles au-delà du diamant et de l'or, y compris les terres arables. Pour encourager une croissance durable, la RCA doit renforcer l'état de droit, lutter contre la corruption et s'intégrer dans l'économie mondiale. D'autres pays ont adopté de telles réformes. Il n'y a aucune raison pour que la RCA ne les rejoigne pas.
De nos jours, nous avons la technologie pour surmonter la pauvreté. Si la RCA n'a pas la technologie nécessaire pour modifier les effets négatifs de la géographie, la communauté internationale peut l'aider à surmonter la géographie physique. Je peux citer l'exemple d'Israël que la communauté internationale est venue aider à surmonter la géographie physique. Même si la RCA n'est pas Israël, Il y a, toujours, un trade-off, qui pourrait s'opérer lors de l'appui de la communauté internationale. 

Sedar Fred Pougaza
Economiste, enseignant et chercheur aux Etats-Unis

 

*** LES IDÉES DE LA FEDERALITUDE FONT LEUR CHEMIN... 
Des intellectuels font des articles en s'inspirant de nos idées
http://dabealvi.over-blog.com/2016/01/centrafrique-la-federalitude-peut-etre-une-option-interessante.html


 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article